Annulation du Conseil du STIF par Mme Pécresse : Ce sont encore les Francilien-nes qui trinquent
Partager

[Communiqué de presse AES]

Mme Pécresse a pris la soudaine décision, quelques minutes après son démarrage, d’annuler ce jour le Conseil du STIF, déstabilisée par la présence – impromptue mais respectueuse – d’élu-es de Seine-Saint-Denis venu-es dénoncer la politique du STIF et les retards d’investissements à répétition en Île-de-France. Des élu-es de tous bords étaient présent-es, y compris des élu-es UDI et LR de la propre majorité de Valérie Pécresse.

En mettant brusquement fin au Conseil du STIF et en refusant ainsi tout dialogue avec les élu-es locaux, au détriment des usager-es des transports, Valérie Pécresse montre une fois de plus son manque d’écoute et de dialogue avec celles et ceux qui font pourtant vivre les services publics au quotidien en Île-de-France.

“Valérie Pécresse doit se mettre à l’écoute des Francilien-nes et arrêter de considérer le STIF comme sa chose. Elle ne peut continuer plus longtemps à jouer avec les règles et les tarifs ou à trier dans les investissements selon son bon vouloir. On ne gère pas les transports comme on gère son parti ou son club politique,” a regretté Pierre Serne, administrateur du STIF et membre du groupe AES.

« L’annulation du Conseil est aussi un prétexte pour éviter à Valérie Pécresse d’avoir à rendre des comptes sur l’utilisation des moyens du STIF l’an passé. La clôture du budget 2017, qui devait être votée lors de ce conseil, montre que celui-ci était insincère et manipulatoire. On n’a jamais vu de tels écarts entre les annonces et la réalité. Des centaines de millions d’euros ont ainsi été engrangés à l’encontre de tous les discours alarmistes de ces deux dernières années pour servir de prétexte aux serrages de vis, augmentations tarifaires et nouvelles ressources arrachées à l’Etat. L’enseignement principal à en tirer est que la prétendue impasse financière du Pass Navigo unique n’a jamais existé. Le Pass à tarif unique a au contraire fortement dopé les recettes tarifaires et dynamisé le report modal des voyageurs, comme nous l’avions prévu. La réalité éclate enfin,” a ajouté Pierre Serne qui avait fortement porté cette mesure quand il était vice-président en charge des Transports à la Région Île-de-de-France.

Dans ce contexte, les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale regrettent que leurs amendements n’aient même pas été examinés. Au vu des marges budgétaires considérables du STIF, le groupe AES demande :

→ le gel des tarifs du STIF pour 2018

→ le retour immédiat du demi-tarif pour les bénéficiaires de l’AME

→ la gratuité du co-voiturage et des transports en commun pendant les pics de pollution, dès le premier jour du seuil d’information