Budget du STIF 2016 : promesses fantômes, arrêt de projets en cours, un nouveau choc de régression !
Partager

IMG_1319

[Communiqué de presse EELV&A]

A la veille du conseil d’administration consacré au budget du STIF, le groupe EELV&A tient à dénoncer un certain nombre d’incohérences flagrantes. Deux surprises : pas de rames nouvelles, mais aussi un excédent budgétaire 2015 qui contredit tout discours catastrophiste sur le passe unique… et une grosse inquiétude : l’arrêt annoncé du prolongement du tramway T1.

Le budget proposé met totalement de côté la fameuse promesse des 700 rames (qui coûteraient 10,5 Mds€ au total), ainsi que le financement de la 4ème année du plan de renfort d’offre bus. Autrement dit, les deux principales promesses en matière de transports de la campagne Pécresse sont invisibles dans son premier budget du STIF.

Sur les achats de rames, une délibération étrange est proposée : elle renvoie aux opérateurs la responsabilité de crédibiliser sa proposition de renouvellement du matériel roulant. Cette dernière, dans le détail, est un catalogue à la Prévert mêlant rames neuves et rénovées, rames déjà en circulation ou déjà commandées et réelles nouvelles commandes, rames prévues pour après 2021. « Je prédis que pas plus de 300 rames ne pourront être opérationnelles avant la fin du mandat Pécresse, ce qui nous met sur le même rythme d’achat que pendant la mandature précédente » déclare Pierre Serne, ancien Vice-présesident aux transports, qui ajoute : « en renvoyant la responsabilité aux opérateurs de transports, Valérie Pécresse prépare elle-même le sabotage de ses propres promesses ». Au demeurant, pas un mot sur la manière de financer une programmation d’achat qu’elle annonce à des montants de plusieurs milliards d’euros.

Le STIF termine l’année avec un excédent de 168 M€ (dont 153M€ sont basculés en investissement et 15 M€ reversés au budget de fonctionnement 2016). Dit autrement, le passe unique était bien financé et n’a aucunement mis en danger les finances du STIF. « Le coût du passe unique a juste été un outil de campagne pour Valérie Pécresse. Rien de ce qu’elle prédisait ne se passe… » a déploré Ghislaine Senée, membre de la commission Transports de la Région Île-de-France.

Une ligne budgétaire de nouvelles études sur le Tramway T1 annonce – sans le dire – l’arrêt, voire la mort du projet. En effet, relancer les études de tracé (sans doute à la demande du Maire de Noisy-le-Sec) alors même que les travaux ont déjà commencé ne pourra que plomber le projet pour au moins 3 ans, si ce n’est programmer sa mort définitive. Cela remet en cause les travaux actuels, la DUP qui a déjà été donnée.

« Personne n’est dupe : ce que craignaient les habitant-es et les élu-es de Noisy, Romainville, Montreuil et Fontenay-sous-Bois est hélas en train d’arriver. Valérie Pécresse est en train d’avoir la peau du prolongement vers Val de Fontenay du Tramway T1. C’est une très mauvaise nouvelle pour tous les habitants du tracé du tramway T1 qui ne verront pas de si tôt les nouvelles rames tant attendues. » a déploré Pierre Serne.

Enfin, EELV&A a déposé des amendements visant à programmer l’achat de bus non diésel : « Valérie Pécresse dit qu’elle veut lutter contre la pollution mais poursuit l’achat de bus diésel. Il est possible de faire autrement pour la santé des Franciliennes et des Franciliens » a rappelé Pierre Serne.