Carrière Ciments Calcia : une impasse écologique
Partager

Contribution du groupe à l’enquête publique sur les demandes de permis exclusif de carrière et d’autorisation environnementale unique de la société CIMENTS CALCIA ayant pour objet l’exploitation d’une carrière sur la commune de Brueil-en-Vexin.

La production de ciment à base de calcaire à rebours des enjeux climatiques

Le rapport du GIEC rendu public début octobre 2018 rappelle aux États l’obligation incontournable d’inverser la tendance des émissions de gaz à effet de serre (GES). Ce rapport indique que, si le pic de production des GES ne s’inverse pas avant 2020, les conséquences sur le climat seront irréversibles. Ainsi, toutes les décisions relatives à la production d’énergie, de matériaux et plus globalement à la consommation, doivent se prendre à l’aune de cet enjeu majeur pour l’humanité.

Le projet de CIMENTS CALCIA pour l’extraction de calcaire et la production de ciment participerait au dérèglement climatique de manière dramatique et irait à rebours des engagements de la France pris lors de la COP21 en 2015 et en cours de renouvellement pour la COP24 de 2018.

Le ciment est obtenu par le broyage du « clinker » obtenu par le mélange de 80% de calcaire et de 20% d’argile chauffé dans un four à 1 450°C. Pour obtenir cette température, il faut que les flammes atteignent 2 000°C. Une telle combustion est rendue possible grâce à des carburants fossiles (essence, kérosène ou diesel), qui génèrent du dioxyde de carbone dans l’atmosphère.  L’industrie du ciment est responsable à hauteur de 5% des émissions de CO2. La fabrication d’une tonne de ciment relâche 800 kg à 900 kg de CO2.

Il convient donc que la puissance publique accompagne les entreprises à transformer leurs pratiques lorsqu’elles utilisent des processus dépassés et incompatibles avec les enjeux du 21ème siècle. En ce sens, il est contreproductif de permettre l’exploitation de calcaire de la carrière de Brueil-en-Vexin. Cela maintiendrait, de fait, l’entreprise CIMENTS CALCIA dans un confort coupable qui l’empêcherait d’investir dans la transformation de son industrie.

C’est une refonte des processus industriels pour la production de l’habitat qui doit être engagée. Il est inconcevable que la France mette en péril ses ressources et espaces naturels pour une industrie que l’on sait délétère pour l’avenir de l’humanité.

Or, le projet CIMENTS CALCIA ne fait aucune estimation de sa nécessaire transition industrielle pour se conformer à la loi de transition énergétique et répondre aux enjeux du dérèglement climatique.

 

L’avis complet à consulter : 

Loading ....
  /