Charte régionale de la laïcité : Mme Pécresse récidive…
Partager

[Communiqué de presse AES]

Alors que “la Charte régionale des valeurs de la république et de la laïcité” a été retoquée par le Tribunal Administratif, Mme Pécresse s’obstine à la faire signer par l’ensemble des associations qui demandent une subvention à la région Île-de-France. “Mme Pécresse demande aux associations de signer un document illégal depuis près de 2 ans, et même prise la main dans le pot de confiture, elle continue,” explique Mounir Satouri qui avait saisi l’Observatoire de la laïcité en mars 2017 (cf. les éléments de l’avis en note ci-dessous)

Ainsi, le Tribunal administratif a reconnu comme illégal l’article 4 sur l’obligation du “port de tenues vestimentaires imposé” et l’article 6 sur l’interdiction stricte de prosélytisme alors même que cette activité légale est protégée par la Cour européenne des droits de l’homme tant qu’elle n’exerce pas de pressions graves sur les personnes.

Pire, sur les mêmes logiques que précédemment, et sans vouloir se satisfaire des textes existants en la matière, qui protègent la loi de 1905, à savoir la Charte de la laïcité dans les services publics mise en place en 2007 et le Guide Laïcité et collectivité, Mme Pécresse reproduit ses erreurs et demande aux agents des services publics de faire appliquer une laïcité qu’elle n’est pas capable de définir elle-même. “Comment allez vous définir qu’un vêtement religieux est imposé ? et par qui ? l’a interrogé Benoît Hamon, Imposé par la religion, par un Dieu, par un mari, un parent ? La réalité est qu’une religion bien précise est ciblée ici, mais sans que cela soit assumé. Un jeu bien dangereux quand on voit les subventions données en parallèle à des associations religieuses anti-IVG.”

Pour le groupe, tous ces éléments démontrent que l’exécutif régional joue avec la laïcité et la liberté des Francilien-nes en toute méconnaissance du droit. Dans un contexte général où le rôle des responsables politiques devrait être de bâtir des liens républicains avec l’ensemble des Français-es, l’instrumentalisation de la laïcité et des valeurs de la République à des fins politiciennes doit cesser au plus tôt.