Comptes 2017 du STIF : le Pass Navigo à tarif unique était bien financé
Partager

[Communiqué de presse AES]

Le compte administratif 2017 du STIF vient de tomber. Il prouve une nouvelle fois après celui de 2016 que l’augmentation du Pass Navigo unique n’était pas justifiée et que ce dernier était très largement financé.

Pour Pierre Serne, conseiller régional AES et administrateur au STIF, “les dépenses de fonctionnement sont clairement et systématiquement surévaluées, tandis que les recettes sont sous-évaluées. Ce jeu comptable sert de budget en budget à justifier les choix idéologiques de V. Pécresse : augmentation du Pass Navigo, fin de la gratuité des transports pendant les pics de pollution ou encore suppression des tarifs préférentiels pour les plus démuni-es et les bénéficiaires de l’AME.  Mme Pécresse s’amuse à tromper tout le monde. C’est une arnaque, un mensonge contre les usager-es des transports !”

Pour preuve, la capacité d’autofinancement du STIF est en très forte augmentation en 2017, passant de 15% à 56% ! Pourtant, Mme Pécresse avait menacé en début de mandature de ne pas pouvoir financer le Pass Navigo, réussissant à obtenir du gouvernement une belle rallonge (hausse du Versement Transports et de la TICPE notamment) qui n’était de fait pas nécessaire. Un coup de bluff vis-à-vis de l’Etat qui aurait au moins dû permettre de ne pas augmenter le Pass de 70 à 75,20 € en deux ans, à rebours de sa promesse de campagne. Pour les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale, il serait temps de faire la vérité sur cette affaire. Mme Pécresse est loin d’utiliser tous les moyens dont elle dispose pour améliorer les transports du quotidien des Francilien-nes.

“100 millions d’euros d’investissements n’ont pas été dépensés au STIF l’an passé, alors que nos transports en commun souffrent d’un manque d’investissement chronique au profit du tout voiture et du tout TGV. Faire ainsi des transports une variable d’ajustement budgétaire n’est pas acceptable. Pendant ce temps, les travaux d’amélioration des infrastructures et d’extension des lignes prennent beaucoup de retard” regrette Mounir Satouri.

Mauvaise surprise de l’année 2017, le développement du réseau de bus prend un nouveau retard.

“Après avoir enterré la promesse du Pass Navigo à 70€, c’est celle du Grand Paris des Bus et des 1000 bus supplémentaires pour la grande couronne qui est malmenée puisqu’il manque 50 millions d’euros sur les 150 millions d’euros prévus pour les bus en 2017”, souligne Pierre Serne.