Corniche des Forts : nouveau passage en force de Valérie Pécresse
Partager

 [Communiqué de presse]

Alors qu’il était prévu de débattre d’un “nouveau” projet d’aménagement pour le site naturel de la Corniche des Forts, en séance du Conseil régional jeudi 22 novembre de ce jour, Valérie Pécresse a décidé de retirer la délibération prévue au profit de l’adoption d’un simple voeu de l’exécutif. Résultat : il a été impossible pour les groupes d’amender le dossier ni d’ailleurs de savoir quel est le contenu précis du “nouveau projet” qui ne parle même plus de l’île de loisirs… Par contre le déboisement lui reste hélas bien là.

“En réalité, c’est parce que Mme Pécresse a préféré cacher des éléments d’information sur le projet qu’elle a décidé, en toute dernière minute, d’en faire un voeu, pour être moins fragile aux attaques juridiques à son encontre, souligne Pierre Serne qui avait déposé une motion demandant la transmission des documents d’aménagement, relatif à l’environnement, à la sécurité et à l’agenda précis. Rien de tout cela n’a donc été fourni. “Une habile façon d’éviter le débat par la procédure,” pour l’élu qui suit ce projet de près et s’oppose sur le terrain au déboisement massif de la forêt de la Corniche.

Depuis trois mois, les demandes répétées de l’opposition écologiste pour accéder au contenu du dossier restent sans réponse, malgré amendements et courriers : refus de communiquer le budget, refus d’indiquer le calendrier du projet d’aménagement, refus de transmettre les diagnostics de sécurité ou de gestion des carrières… la Région s’entête dans un projet dont plus personne ne comprend ce qu’il contient vues les incohérences et les contradictions d’une version à l’autre.

Les élu-es du groupe AES ont été les seul-es à  s’opposer à ce voeu, rappelant qu’il ne saurait faire office de projet d’aménagement et que le passage en force n’est pas acceptable.

Ils demandent la suspension immédiate des travaux et de l’abattage des arbres au moins tant qu’une concertation digne de ce nom avec les habitant-es et les associations du territoire n’a pas eu lieu. Et ce d’autant plus qu’une pétition contre le projet a déjà réuni 22 000 signatures et que des élu-es du territoire réclament aussi une remise à plat du dossier, comme le maire des Lilas par exemple.

Les élu-es du groupe AES rappellent leur souhait de voir cette Corniche des Forts plus ouverte aux habitant-es, mais souhaitent l’étude de propositions alternatives, notamment sur les méthodes de comblement ou sur les aménagements proposés et leur impact environnemental. Pour Pierre Serne, “l’urgence c’est de protéger ce qui peut l’être encore et donc de ne surtout pas reprendre les travaux le 7 décembre. Ce projet a été adopté formellement en l’an 2000… Il me semble que la situation a changé, que nous avons eu des canicules, accueilli la COP 21, reçu des études soulignant l’intérêt écologique majeur de la forêt et qu’il serait temps de décider de conserver au maximum cet îlot de fraîcheur et ce joyau de biodiversité. C’est de l’intérêt des habitant-es du territoire et d’intérêt général.”

 

Une réflexion au sujet de “Corniche des Forts : nouveau passage en force de Valérie Pécresse

  1. Je soutiens totalement votre initiative et votre vigilance citoyenne. Ne pas hésiter à nous informer sur la suite de ce dossier.

Les commentaires sont fermés.