Dotation Globale de Fonctionnement : Les élèves de lycées franciliens à l’abandon
Partager

[Communiqué de presse AES]

Alors qu’il s’agit de l’une de ses principales compétences, la Région semble délaisser les lycéen-nes. La dotation de fonctionnement pour les lycées franciliens est pour la 3ème année consécutive en baisse. En effet, la dotation globale de fonctionnement que Valérie Pécresse propose pour 2019 est à nouveau en baisse par rapport à celle de 2018. De 80,3M€ en 2018 à 79,7M€ en 2019 alors que les effectifs des lycéen-nes est en constante augmentation (411 659 en 2018, 417 717 pour 20191).

En 3 ans, la dotation par élève sera donc passée de 205€ à 190€.

Cette dotation est utilisée par les proviseur-es des lycées pour des dépenses pédagogiques (elle chute de 90,5€ à 87,3€ par élève en 3 ans) et pour l’entretien courant des bâtiments. En baissant les moyens, la Présidente de Région fait courir un grand risque pour le quotidien des élèves. En cette rentrée scolaire, nombre d’établissements qui attendaient des réfections pendant l’été ont démarré dans des conditions d’études délabrées. Le personnel éducatif, souvent débordé et en sous-effectif, témoigne une fois encore des conditions dans lesquelles il enseigne et accompagne les jeunes Francilien-nes.

C’est par exemple le cas des lycéen-nes du lycée Mozart du Blanc-Mesnil (93), qui étudient dans un établissement dont certains bâtiments n’ont ni chauffage, ni accès à un espace sanitaire. Les professeur-es et les étudiant-es sont mobilisé-es depuis plusieurs années sans que la Région n’apporte aucune réponse concrète à ces conditions d’études absolument déplorables. De même, les enseignant-es de l’établissement Pierre-de-Coubertin de Meaux (77) dénoncent l’insalubrité des locaux et relèvent des trous dans les murs, des rongeurs installés dans les parois, des inondations à répétitions… Comment Valérie Pécresse peut-elle un seul instant imaginer des lycéen-nes étudier convenablement dans de telles conditions ?

La région, responsable des ressources humaines des lycées, désinvestit aussi progressivement ce secteur, avec une baisse du nombre d‘agent-es, proportionnellement au nombre des élèves. Alors que les lycées franciliens ont augmenté en 2 ans de près de 20 000 élèves, le personnel dédié n’augmente pas en conséquence et Mme Pécresse ôte 4M€ à ce budget, autant de postes qui ne seront pas ouverts pour l’entretien des locaux, la restauration scolaire, le gardiennage… Un manque qui pressurise le personnel en place et nuit à la qualité de l’enseignement.

Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale appellent la Présidente de la Région Île-de-France à redonner des moyens suffisants pour permettre aux jeunes d’étudier dans des conditions décentes.

 

1 Pour information, le nombre des lycéen-nes en 2016 était de 391 834.