En 2019, le Conseil régional fera toujours moins pour les associations et la lutte contre les discriminations
Partager

[Communiqué de presse AES]

À l’occasion de l’examen de son projet de budget, le Conseil régional a une nouvelle fois voté la baisse de son soutien au secteur associatif pour 2019, dans la droite ligne de l’arrêt brutal du soutien aux emplois tremplin régionaux.

Alors que la majorité régionale, par la voix de son Vice-président Patrick Karam, tient un discours de façade en faveur de la vie associative et citoyenne, les actes ne suivent pas. Pire, la droite n’assume pas les coupes claires et les orientations idéologiques qu’elle a elle-même imposées à ce secteur depuis le début de la mandature. Les chiffres sont pourtant éloquents :

  • Sur la citoyenneté et la défense des valeurs de la République, la droite dépense quatre fois moins que la gauche en 2015 (0,576 M€ contre 1,993 M€)

  • Sur la lutte contre les violences faites aux femmes, 30% des crédits se sont envolés et le Centre Hubertine Auclert est toujours privé de plus de 300 000 € par an

  • Sur la lutte contre les discriminations, le budget a été divisé par deux (0,7M€ vs 1,35 M€)

  • Sur le développement de la vie associative et du bénévolat, les aides ont été plus que divisées par trois (0,437 M€ contre 1,596 M€ auparavant)

  • Sur les actions en faveur des quartiers populaires, la politique de la ville a perdu les deux tiers de ses financements.

Pour Rama Sall, la communication de Valérie Pécresse et de Patrick Karam ne résiste pas aux faits. “Plus la majorité actuelle dit venir en aide aux victimes de discriminations, moins elle agit en faveur des associations qui luttent contre les discriminations, en dépit de la recrudescence des agressions. Plus la droite parle de “Région solidaire”, plus les solidarités sont mises à mal, en commençant par la politique menée dans les quartiers prioritaires : la politique de la ville et ses acteurs n’ont pas gagné un euro suite à l’annonce du faux “Plan Borloo” pour l’Île-de-France. Plus la majorité parle de valeurs républicaines, plus elle impose sa vision conservatrice et clientéliste en soutenant ici des associations paramilitaires pour la jeunesse, là des associations anti-IVG ou proches de La Manif pour Tous.”

“Les associations jouent pourtant un rôle primordial dans le développement économique, social, culturel et environnemental de l’Île-de-France, a rappelé Rama Sall. Leur résilience et leur capacité d’innovation est un atout fondamental et leur permet souvent de rester présentes dans des territoires et des secteurs d’activité aujourd’hui délaissés par les entreprises et les services publics. C’est dans l’intérêt de la Région de les accompagner dans leur développement.”