Il faut soutenir la campagne #leprixdelavie contre les lobbys du médicament
Partager

[Communiqué de presse AES]

Alors que les murs de certaines stations de métro sont aujourd’hui fleuries d’affiches du LEEM (Les Entreprises du Médicament), le groupe “Alternative Ecologiste & Sociale” a décidé de rappeler à Mme Pécresse ses engagements d’étudier les possibilités de soutien de la campagne #leprixdelavie menée par Médecins du Monde, contre les prix trop élevés du médicament.

En 2016, plusieurs afficheurs avaient refusé de diffuser la campagne de communication « le prix de la vie ». A l’occasion du débat sur le rapport « Pour une Région Ile-de-France sans SIDA », le groupe des écologistes avait demandé à la présidente de travailler avec le STIF pour que cette campagne puisse trouver des panneaux d’affichage et être diffusée. La Présidente de région avait alors assuré qu’elle regarderait ce qu’il était possible de faire.

Rien n’est fait à ce jour. Aucun réponse n’a été apportée à notre groupe politique.

En contre-miroir, depuis quelques jours et en prévision du débat du PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale) à l’Assemblée Nationale, deux affiches du LEEM (Les Entreprises du Médicament) tapissent quelques stations cibles (par exemple Assemblée Nationale). Les chiffres communiqués par le LEEM sont de nature à induire en erreur. En effet ne sont pas distingués les médicaments qui sont des « me-too » et qui correspondent à une stratégie marketing et la véritable recherche devant produire des nouvelles molécules utiles.

Les élu-es de notre groupe ont tenu à questionner les choix faits par les opérateurs dans la diffusion de tel type de campagne plutôt que tel autre.

“Il y a une forme de  deux poids, deux mesures sur ce dossier,” regrette François Damerval, qui refuse d’y voir un pur hasard. Les élu-es du groupe ont ainsi réitéré leur demande de soutien à la diffusion de la campagne #leprixdelavie de Médecins du Monde.

De même, “nous souhaitons savoir comment est encadré la question des lobbyistes et demandons un plus grand soutien aux campagnes d’intérêt général,” a fait savoir Fanélie Carrey-Conte, conseillère régionale en charge des questions de santé.