Inauguration d’un centre Croix Rouge pour femmes sans-abri : la Région doit aider les femmes toute l’année !
Partager

[Communiqué de presse AES]

La Région Île-de-France inaugure ce lundi 17 décembre en partenariat avec la Croix-Rouge un centre d’hébergement temporaire pour femmes sans-abri dans les locaux vacants de son ancien siège administratif, situé au 35 boulevard des Invalides à Paris (7e). Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale saluent cette initiative, mais redoutent une initiative sans lendemain et s’inquiètent de la baisse des investissements pour les droits des femmes.

“Notre groupe défend depuis le début de la mandature que des locaux vacants de la Région soient utilisés pour l’accueil temporaire de personnes sans abri, dont le nombre ne cesse d’augmenter de façon alarmante en Île-de-France. Nous nous réjouissons donc que sur ce sujet la majorité régionale se range à notre avis, et que des femmes et leurs enfants puissent ainsi trouver dans ces locaux un espace de repos, de protection et d’accompagnement,” note Fanélie Carrey-Conte.

“Toutefois, cette initiative basée sur une logique d’occupation temporaire ne saurait constituer une politique globale d’accompagnement des femmes en situation de précarité, soulève l’élue. Au-delà de ce centre temporaire, au-delà de la trêve hivernale, il y a urgence à élaborer des solutions d’hébergements pérennes pour sortir les femmes de la rue et de la pauvreté. Malheureusement, l’investissement global de la Région en la matière n’est clairement pas à la hauteur des besoins. Pire, les orientations structurantes prises par Valérie Pécresse et sa majorité depuis le début de la mandature contribuent en réalité  à accroître les inégalités (-30% pour les établissements pour femmes en difficulté, -70% pour la politique de la ville, suppression des dispositifs d’hébergement pour les sans-abri). C’est une contradiction majeure entre les discours et les actes.”

À l’occasion du vote du projet de budget de la Région pour 2019, le groupe Alternative Écologiste et Sociale a déposé plusieurs amendements pour demander à Valérie Pécresse d’amplifier les aides pour les femmes en difficulté.

“La Présidente du Conseil régional a annoncé vouloir faire de l’hébergement des femmes sans-abri la grande cause régionale 2019. Mais pour le moment, le compte n’y est pas, s’inquiète Hella Kribi-Romdhane. La politique régionale ne doit pas se réduire à des symboles, même si ceux-ci sont bien entendu importants. Avec 33 millions d’euros en moins par rapport à 2015 (-63%), l’investissement dans les secteurs de l’action sociale et de la santé est le grand perdant de l’austérité budgétaire de Valérie Pécresse. Et malgré les annonces, le projet de budget pour 2019 ne prévoit à ce stade aucun coup de pouce financier supplémentaire pour les droits des femmes. Cette stratégie budgétaire accroît les inégalités et fragmente l’Île-de-France, laissant les plus fragiles au bord de la route.”