La droite sèche la fin de la séance. Pas de quorum pour la lutte contre le terrorisme.
Partager

L’hémicycle vendredi 1er juin à 15h lors de l’examen du voeu Les Républicains

La séance du Conseil régional dernier, le vendredi 1er juin, a été sensiblement raccourcie, faute de quorum, notamment en l’absence d’une bonne partie des rangs de la droite régionale. C’est pourtant un voeu déposé par le groupe LR lui-même qui devait faire l’objet de débats.

Mélissa Youssouf, qui devait intervenir sur le sujet au nom du groupe, s’est étonnée que ce voeu intitulé « Protéger nos transports de la menace terroriste » n’ait pas davantage mobilisé la droite régionale, pourtant à l’origine de sa rédaction, qui s’inflige ainsi un véritable camouflet. La majorité avait désertée l’assemblée régionale, au point de ne plus avoir suffisamment d’élu-es pour réunir le quorum nécessaire à la poursuite des débats, comme l’a alors fait remarquer Pierre Serne, au nom de notre groupe, avant la présentation de la délibération.

Depuis plusieurs mois déjà, les élu-es du groupe AES déplorent le manque d’intérêt de la Présidente pour le Conseil régional, au détriment de la qualité des débats et les apparitions de l’exécutif de plus en plus rares dans l’hémicycle. La veille déjà, 13 vice-président-es sur 15, et Valérie Pécresse elle-même, s’étaient éclipsés en fin de séance lors de l’examen d’une délibération intéressant la vie des agents du Conseil régional, risquant de mettre à mal la présidence de la séance.

Délibérations transmises et traitées dans l’urgence, commissions thématiques pourtant obligatoires réduites à 10 minutes, refus de réponse dans les débats… Ce désintérêt, corollaire des baisses budgétaires imposées par Valérie Pécresse dans de nombreux secteurs révélée à quel point la Région devient pour l’exécutif en place un tremplin pour d’autres ambitions et les Francilien-nes sont mis de côté.