ZERO EURO : La lutte imagin’R de Valérie Pécresse contre la pollution de l’air dans le métro
Partager

[Communiqué de presse AES]

Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale interpelleront Valérie Pécresse en séance du Conseil régional, jeudi 31 mai, sur les raisons de la non-consommation des crédits affectés à la lutte contre la pollution de l’air dans le métro en 2017.

Un million d’euros étaient destinés à soutenir des projets d’innovation pour limiter les particules dans les transports en commun mais n’ont jamais été dépensés. C’est ce que révèle la lecture des comptes administratifs de la Région Île-de-France, à l’encontre une fois de plus des engagements de V. Pécresse.

“Comme à chaque fois que Valérie Pécresse annonce une grande priorité, on peut être certain que c’est non dépensé dans le budget ! ironise Mounir Satouri, président du groupe. Nous votons des politiques qui ne sont jamais mises en oeuvre par l’exécutif, c’est un manque de respect pour les Francilien-nes et inacceptable sur le plan politique. Sur le plan de l’air comme sur les autres…”

Depuis plusieurs années, les budgets de la Région et du STIF en matière de transports et de qualité de l’air sont gravement sous-exécutés, malgré la multiplication des annonces de la droite régionale. Pour la seule année 2017, il manquait 100 M€ d’investissements pour les transports au bout du compte, soit 20 % du budget initialement voté au titre de la prétendue “révolution des transports”.

“La qualité de l’air est une compétence de la Région dont Valérie Pécresse ne semble pas vouloir se saisir. Mais c’est une aussi une obligation vis-à-vis des agents de la RATP et de la SNCF qui travaillent quotidiennement sous terre et qui restent à ce jour exposés à des taux de particules fines au-dessus des normes,rappelle Pierre Serne. Après avoir passé deux années à polémiquer inutilement contre la piétonnisation des voies sur berges, nous attendons que Mme Pécresse prenne ses responsabilités.”