Le budget pour l’Enseignement supérieur et la Recherche : pas à la hauteur de la région IDF
Partager

Le budget pour l’Enseignement supérieur et la Recherche 2019 a été voté au cours de la séance du conseil régional d’Île-de-France des 17,18 et 19 décembre 2018. Pour le groupe Alternative Écologiste et Sociale, le budget proposé par Valérie Pécresse pour l’ESR n’est pas à la hauteur des attentes et des besoins des étudiant-es francilien-nes et étranger-es.

« Certes le budget ESR ne diminue par particulièrement, mais il dénote d’une absence d’écoute des étudiant-es qui se mobilisent aujourd’hui pour de meilleures conditions d’éducation. Aucun investissement n’est prévu, par exemple, pour la création de places dans les bibliothèques universitaires qui sont pourtant saturée » indique Sandrine Grandgambe, élue au sein du groupe AES.

Dans un contexte de mouvement social des étudiant-es, qui demandent notamment l’abandon de la mesure d’augmentation des frais d’inscriptions à l’Université pour les étudiant-es étranger-es, le budget ESR de la région Île-de-France est déconnecté de l’actualité et des besoins. Le groupe AES a notamment déposé un amendement afin d’obtenir la création d’une bourse dédiée uniquement aux étudiant-es étranger-es afin de compenser le différentiel du montant des frais d’inscriptions annoncé. La majorité de Valérie Pécresse a refusé cet amendement, sans explication rationnelle.

« La région Île-de-France a le devoir d’exemple d’ouverture et d’accueil des étudiant-es étranger-es. La plus grande région de France et d’Europe ne peut pas stigmatiser les étranger-es, au risque de voir le nombre d’étudiant-es étranger-es diminuer drastiquement dans les universités franciliennes. Cette mesure est injuste ! En refusant de voter la proposition de bourse portée par le groupe AES, Valérie Pécresse assume d’accepter que les étudiant-es étranger-es soient discriminé-es dans la région qu’elle préside ». ajoute Sandrine Grandgambe.