Le service public régional est aujourd’hui mis à mal par Mme Pécresse
Partager


[Communiqué de presse AES]

Le groupe AES a participé ce jour, au dépôt d’une gerbe symbolisant l’enterrement du dialogue social avec les agents de la région Île-de-France, sur le bureau de Mme Pécresse. En effet, le dialogue social a été rompu avec l’intersyndicale régionale (CFDT, CGT, FO, FSU, SNT-CFE/CGC, SUD, UNSA) qui a organisé ce matin un manifestation à 9h, en raison d’un projet d’augmentation du temps de travail et de suppression de jours de congés pour évènements familiaux, fêtes religieuses et médailles, et des pressions incessantes sur le personnel régional : bouleversement de l’organigramme et désorganisation des directions, réduction constante des effectifs, défiance permanente et, partant, dégradation du service public…

Dans la perspective, également, du déménagement, que Madame Pécresse ne manquera pas d’utiliser à souhait pour poursuivre le séisme entamé, les services régionaux sont rendus exsangues et inquiets pour leur avenir. “Il faut recréer de la confiance, valoriser notre service public qui fait un travail quotidien formidable et ne compte pas ses heures, a rappelé François Damerval. “Petit à petit, Mme Pécresse réduit la portée de l’action régionale et ne se concentre que sur 2 axes : un rôle de tiroir-caisse en faveur des baronnies locales et un rôle de communication à outrance, qui veut faire croire qu’un travail existe. Il n’en est rien, et la mise à mal du travail des agents en est une preuve de plus. Nombre de structures se retrouvent sans interlocuteur dans l’administration. Plus personne ne décroche le téléphone. C’est un moyen, aussi, très malin, de réduire les dépenses régionales,” déplore Mounir Satouri, président du groupe AES.