Les largesses de V. Pécresse pour les actionnaires des groupes du CAC 40
Partager

[Communiqué de presse AES]

À la commission permanente de ce jour, pas moins d’un million d’euros ont été attribués à SAFRAN, grand groupe industriel et technologique français, coté au CAC40 et qui a reversé à ses actionnaires plus de 500 millions d’euros en 2018. Il est certain que ce grand groupe n’avait pas besoin d’une telle somme. Les élu-es du groupe AES se sont bien entendu opposé-es à cette subvention.

En effet, pour le groupe Alternative Écologiste et Sociale, les arguments avancés par la majorité ne tiennent pas. Le grand groupe évoquerait notamment un risque de délocalisation et promettrait de créer 60 postes et d’en préserver plus de 1300.

“J’espère que Mme Pécresse a bien en main les contrats qui stipulent l’engagement du groupe SAFRAN sur ces emplois, a commenté Mounir Satouri, président du groupe AES.  Pour nous, le point particulier du chantage à l’emploi est scandaleux. Il crée une forme de course à l’échalote entre les différentes régions, au résultat nécessairement négatif pour les finances publiques et positif pour les entreprises. Ce jeu récurrent n’est plus tenable pour les collectivités territoriales.”

Pour le groupe AES, c’est le même argument que les grands groupes privés ont avancé pour percevoir plusieurs dizaines de milliards d’euros de subventions avec le CICE. Nous le savons aujourd’hui, les milliards d’euros d’argent public injectés n’ont pas eu d’effet significatif sur la création d’emplois. Au contraire, le groupe Alternative Écologiste et Sociale est favorable aux aides publiques pour soutenir le développement des PME, TPE, des commerces et des artisans dès lors qu’ils respectent des engagements de responsabilité sociale et environnementale.

C’est tout de même assez insupportable, dans ces temps où les dirigeant-es demandent des efforts aux populations, qu’un groupe qui distribue des dividendes à ses actionnaires reçoive des subventions publiques aussi colossales, alors que la Région a abandonné tout soutien aux emplois tremplin qui soutenaient l’économie sociale et solidaire… ” conclut l’élu.

À titre de comparaison, le groupe Alternative Écologiste et Sociale a rappelé les montants de quelques enveloppes régionales annuelles : la “prévention santé jeune” est de 0,350 M€, “région solidaire en santé” de 0,300 M€, “lutte contre les discriminations” de 0,700 M€, etc.