Lutte contre la pollution : supprimons le Diesel en 2025 !
Partager

[Communique de presse AES ]

À l’occasion de la séance du Conseil Régional d’Île-de-France, les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale ont déposé un vœu en faveur d’un engagement “zéro Diesel en 2025” pour l’ensemble de la région Île-de-France.

“Alors que nombre de collectivités, aux premiers rangs desquelles la ville de Paris, ont bien saisi les enjeux, la Présidente de Région a refusé hier de s’engager clairement dans la lutte contre la pollution à l’échelle régionale. Le vœu du groupe AES, qui demandait simplement à la Présidente d’accompagner les Francilien-nes face à l’inéluctable sortie du Diesel, a été rejeté par les groupes UDI et LR,” regrette Fanélie Carrey-Conte, qui a présenté le vœu pour le groupe AES.

Alors que 10 000 décès par an sont imputés aux émissions de particules fines en Île-de-France et que de grandes villes d’Europe s’engagent dans une interdiction, parfois totale, de ces véhicules, la Région Île-de-France est en retard en termes d’accompagnement du mouvement de sortie du Diesel. Bruxelles en 2018, Rome et Paris en 2024, Madrid et Athènes en 2025… Pour Fanélie Carrey-Conte, “la Région doit prendre toute sa part dans ce mouvement : c’est un enjeu majeur de santé publique mais c’est aussi une question d’attractivité territoriale.”

Notre constance sur ce sujet commence à porter. Ce jour : dans la continuité de cette demande, Mme Pécresse a fini par accepter qu’aucun véhicule Diesel ne sera désormais acheté pour les lycées régionaux. De même, une aide à la conversion des véhicules lourds (plus de 12 tonnes) va être lancée. “Pour nous, écologistes, c’est une réelle avancée. Les camions de plus de 12 tonnes polluants étaient les seuls véhicules à ne pas avoir de soutien à la conversion, ce qui était une aberration au regard de l’ampleur du trafic routier en Île-de-France” explique Mounir Satouri.

Pour les élu-es du groupe AES, la région doit se doter d’une stratégie d’accompagnement, pour une conversion du parc Diesel vers des véhicules non pollants. Elle doit s’investir pleinement tant au niveau de l’accompagnement économique et de l’innovation et de la recherche, qu’au niveau du soutien financier aux familles ou aux organisations ou encore à la diffusion d’informations sur les dangers du Diesel ou les possibilités d’accompagnement au changement.

Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale avaient proposé au Conseil Régional :

  • De se donner pour objectif “une région zéro Diesel en 2025” ​sur le territoire francilien
  • D’adopter, à l’automne 2018, une stratégie 2019-2025 qui réponde à cet objectif, en fixe les paliers de mesures et d’impacts, et intègre un plan d’accompagnement des particuliers et des professionnel-les concerné-es
  • De se doter d’un budget en ce sens lors du budget prévisionnel 2019
  • D’engager, dès aujourd’hui, la généralisation des dispositifs de zones à très basses
    émissions.