Manque de personnels à la rentrée, le plan Lycées de V. Pécresse inadapté
Partager

[Communiqué de presse EELV&A]

La rentrée 2017 est marquée par plusieurs dysfonctionnements dans les lycées. Manque de personnels, locaux insuffisants voire inadaptés à l’accueil décent des lycéen-nes, à leur restauration ou à l’entretien des salles. Nombre d’enseignant-es ont décidé de marquer la rentrée par des grèves. C’est le cas à Aulnay-sous-Bois, à Argenteuil, au Blanc-Mesnil, à Stains, à Geoffroy-Saint-Hilaire ou au Bourget. Les élu-es écologistes dénoncent le silence de la Présidente sur ces sujets concrets, notamment concernant le personnel régional affecté.

La présidente de la région aura beau jeu de mettre en avant les millions d’euros prévus pour la sécurisation des lycées ou les financements à venir. Mais son plan d’investissement, voté en février 2017, imprécis et inadapté à plusieurs situations particulières, avait été rejeté par la communauté éducative, à raison. Par ailleurs, dans plusieurs lycées, elle a décidé de ne pas remplacer les agent-es, ce qui peut conduire à des baisses d’un tiers du personnel.

“Sa politique de sécurisation des lycées lui a totalement fait perdre de vue les conditions d’études des lycéen-nes”, dénonce Bénédicte Monville. “Les imprécisions, le manque de planification, l’absence de priorisation dans les travaux et surtout l’inadéquation avec certaines demandes de terrain en est un exemple flagrant. Nous espérons que l’arbitrage de début des travaux se fera sur des critères objectifs et non clientélistes. Nous constatons quand même que les problèmes émergent surtout dans le 93.”

Ce jour, la communauté éducative en grève du lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois a manifesté devant le siège du Conseil régional d’Île-de-France, demandant à V.Pécresse de pallier rapidement les manques d’effectifs et de cibler ses financements sur la rénovation et les équipements des locaux pour que les élèves puissent travailler dans des conditions dignes et efficaces.

“Le cas du lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois illustre bien les errements de la droite régionale sur ce dossier. Seule la rénovation de la façade y est prévue alors que d’autres travaux sont nécessaires. L’incapacité de l’exécutif à présenter les éléments qui ont conduit à l’arbitrage des travaux et leur priorité ne pousse pas à l’optimisme pour que la situation s’améliore dans certains établissements, notamment en Seine-Saint-Denis” s’inquiète Pierre Serne. “Nous demandons à V.Pécresse plus de clarté et de visibilité pour rassurer les familles et la communauté éducative”.