Orientations budgétaires 2018 : l’Île-de-France sacrifiée sur l’autel de la finance
Partager



[Communiqué de presse AES]


Le débat sur les orientations budgétaires 2018 a de nouveau mis en lumière les dogmes portés par la droite. Baisses des crédits de fonctionnement au détriment des associations, des initiatives citoyennes et des services publics. Hausse des investissements attribués, sans critères objectifs, aux communes et aux structures privées. Baisse de l’emprunt (quitte à ne pas profiter des taux très bas) en limitant la capacité à agir de la Région.

“La région est coincée entre des dépenses contraintes très élevées et des recettes imposées, explique Anne-Claire Jarry-Bouabid. “Notre groupe est très attaché à l’autonomie financière de notre Région et en l’état, l’exécutif régional renonce à mobiliser un emprunt qui serait bénéfique. Elle emboîte le pas du gouvernement en imposant des économies qui fragilisent les services pour les Francilien-nes.”

Par ailleurs, l’exécutif régional veut aller vite coûte que coûte sans bien savoir où. Vite sur les investissements, vite sur les restructurations des services quitte à détruire le dialogue social ou à recourir aux contrats de partenariats publics-privés qui, nous le savons, sont très dangereux pour les finances publiques.

V.Pécresse est très attachée aux performances comptables. A l’instar du gouvernement ou des règles européennes, elle oublie les femmes et les hommes qui sont touché-es dans leur quotidien,” souligne l’élue. “Le rôle d’une collectivité comme la nôtre est de se soucier des habitant-es en mettant en oeuvre des dispositifs favorables à la santé, au mieux vivre et à l’environnement. Aller vite, c’est une idée séduisante mais ce que fait l’exécutif régional ne permettra pas d’aller loin.”