Pacte Agricole Régional : le grand bond en arrière
Partager


L’exécutif de Mme Pécresse a hier présenté et fait voter ses orientations pour effacer tous les dispositifs agricoles régionaux positifs qui avaient encore cours. Dans un document de 30 pages, il est expliqué à quel point la profession agricole est en difficulté – c’est une réalité.

Mais Valérie Pécresse concentre son action pour maintenir le système de production actuel qui est responsable de la misère d’un grand nombre d’agriculteurs-trices et des dégradations de l’environnement et de la santé.

Nous partageons certains constats, mais pas les solutions. Si elle veut améliorer la condition agricole, la région doit participer au changement de modèle et non le renforcer,” souligne Ghislaine Senée. “Nous ne pouvons cautionner que la grande majorité des aides régionales ira aux grandes exploitations intensives”.

La Région Île-de-France a plus de 80% de ses surfaces cultivées en céréales de grandes cultures. Tant sur les plans économiques, sociaux et environnementaux les grandes monocultures sont les moins performantes.

Outre les poncifs habituels, l’exécutif régional ne propose à aucun moment des pistes concrètes pour transformer le modèle. La formation à la permaculture, la biodynamie, l’agroforesterie, etc.. sont occultées. Ce sont pourtant des solutions d’avenir.  

Le retour à des cultures diversifiées sur des petites surfaces qui favorise l’emploi et la qualité des sols et l’environnement n’est même pas évoqué.

La qualité environnementale, de l’eau, des sols, de la biodiversité et surtout des produits agricoles est timidement traitée par des mesurettes qui ne peuvent pas changer la donne.

Une fois encore, les grands vainqueurs sont les lobbies de la chimie et des grands groupes agroalimentaires.

La majorité de la profession agricole a été mise en situation de dépendance par les firmes de l’agrochimie,” dénonce Bénédicte Monville. ”Sortir de cette situation doit être un objectif prioritaire. Prioritaire pour toutes les questions sociales et environnementales mais aussi pour redonner toute sa dignité à l’ensemble des agriculteurs et des agricultrices.