Pas d’augmentation du Pass Navigo : Mme Pécresse a enfin adopté notre demande de moratoire sur le tarif
Partager

[Communiqué de presse AES]

Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale souhaitent annoncer leur satisfaction suite aux annonces récentes de Valérie Pécresse, qui a enfin décidé de se ranger à leur avis que les augmentations du Pass Navigo à tarif unique n’avaient pas de raison d’être.

“Nos pressions ont payé ! Nous demandons depuis le début de la mandature un moratoire sur le tarif et nous avons été entendu-es ! rappelle le groupe, qui n’a eu de cesse de répéter, depuis le début de la mandature, que le Pass Navigo [devait] rester à un prix abordable pour les usager-es des transports en commun et [n’avait] pas besoin de financements complémentaires.”

Les budgets d’IDF Mobilités montraient en effet un excédent de recettes tarifaires de 200 M€, pour l’année 2017, par rapport à l’année précédente.

“La Présidente d’IDF Mobilités a réussi à augmenter de plus de 62€ annuels le tarif, ce qui est quasiment l’équivalent d’un mois d’abonnement !” regrettent les élu-es du groupe.

Les efforts en matière de tarif doivent aller de pair avec une volonté de renforcer l’utilisation des transports en commun, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de rendre meilleurs les déplacements, notamment pour la grande banlieue francilienne.

“De gros efforts restent à faire sur le matériel roulant et la régularité du trafic. Le matériel vieillissant est un enjeu de taille et nous craignons que Mme Pécresse ne soit pas à la hauteur, tant son sujet est de reporter sur les autres ses responsabilités en la matière.”

Les annonces de la Présidente ont également concerné la climatisation dans les bus, qui est en effet importante en cas de pics de chaleurs. Sans tabous avec les Francilien-nes, il faut rappeler que la climatisation dans les bus ne sera jamais l’équivalent de celle des voitures ou des habitations, puisque les portes des bus s’ouvrent régulièrement, et que ce type de climatisation doit être adapté à cette contrainte. Là encore, les élu-es se disent “satisfait-es que la Présidente se range à l’avis du groupe en la matière.”