Plan Climat Energie francilien : une nouvelle opération de communication à l’épreuve des faits
Partager

[Communiqué de presse]

Valérie Pécresse et son vice-président à l’écologie, Jean-Philippe Dugoin-Clément, présentaient ce matin la nouvelle stratégie énergie – climat de la région Île-de-France.

Le groupe Alternative Écologiste et Sociale a fourni en amont une contribution présentant des solutions concrètes et réalisables par que la Région soit à la hauteur des enjeux, craignant que l’exécutif ne s’embourbe dans les bonnes intentions sans mettre quoi que ce soit en oeuvre. “La réalité, c’est que depuis son arrivée à la région, Madame Pécresse a réduit de plus de 75% le budget dédié à la politique énergétique, cassé le thermomètre en arrêtant le financement des diagnostics énergétiques, ou encore n’a dépensé que 2M€ en 2017, sur les 17M€ prévus, pour l’efficacité énergétique,” dénonce Annie Lahmer.

Depuis le début de la mandature, les élu-es du groupe ont martelé les besoins en matière d’énergie et de climat, sans que la Présidente ne leur accorde une oreille favorable :

  • sur le volet des énergies renouvelables, seuls 0,677 million d’€ ont été dépensés sur les 7,4 millions annoncés
  • sur l’aide au renouvellement de véhicules utilitaires des artisans et des TPE, malgré des engagements, c’est zéro euro dépensé en 2017 et la Présidente s’est toujours opposée à une aide de la région pour le remplacement des véhicules pour les particuliers les plus pauvres
  • sur la sortie du Diesel pour 2025, le revirement est étonnant, puisque Mme Pécresse a tout bonnement rejeté notre proposition en la matière

Si les annonces semblent de bonne augure, il reste donc bien difficile pour le groupe de se réjouir de l’opération de communication, tant il constate au quotidien le gouffre entre les belles paroles de l’exécutif et la réalité concrète des politiques menées. “Nous ne sommes pas amnésiques. Ce n’est pas la première fois qu’on nous sort un plan dans un joli emballage mais dépourvu de contenu à la fin,” rappelle Mounir Satouri, qui attend des actes et la consommation des budgets annoncés.