Pollution de l’air : 0€ dépensé en 2017. Ghislaine Senée interpelle la Région.
Partager

Ghislaine Senée a interpellé ce jour la Présidente de la région Île-de-France suite à l’article du Canard Enchaîné qui révélait que 130 000 € ont été dilapidés pour attaquer la piétonnisation des berges de Seine. Au contraire, pas un centime n’a été dépensé pour la lutte contre la pollution de l’air.

 

[QUESTION D’ACTUALITE]

Madame la Présidente,

Malheureusement, vos rapports ne sont que du vent et j’en ai ici encore la preuve. Dans le cadre de votre bataille publique contre la piétonisation des voies sur berges à Paris, vous avez porté un recours contre la Mairie de Paris afin de faire annuler cette décision. Nous avons récemment appris, par voie de presse, que les frais d’avocats dépensés pour mener votre action à bien s’élèvent à hauteur de 130 000 €, financés par la Région Île-de-France.

Notre institution, Madame la Présidente, n’a pas vocation à financer vos actions de lobbying en faveur de la voiture. La somme que vous avez dépensée est astronomique comparée aux 23 000 € de frais juridiques que la Mairie de Paris a été contrainte de dépenser pour se défendre sur l’ensemble des recours portés contre la piétonisation des voies sur berges.

De surcroît, vos dépenses juridiques ont été bien inutiles :

Oui, la fermeture des voies sur berges a permis une baisse de 25% des particules de pollution. Non, les variations de pollution n’ont pas évolué de plus d’1% sur les autres axes. C’est ce qu’a conclu Airparif, contrairement à vos affirmations.

Au-delà du caractère irresponsable de cette dépense, elle est également très choquante quand on s’intéresse au budget alloué par le Conseil Régional pour lutter contre la pollution atmosphérique.  

Zéro euro engagé sur les 4 millions de budget que vous avez affichés en 2017. A peine 5 000 €, c’est-à-dire rien, en crédits de paiement, Madame la Présidente. Y compris sur les chaudières bois ! C’est incompréhensible lorsque l’on connaît l’urgence sanitaire que représente le taux de pollution atmosphérique en Île-de-France. Les Franciliennes et les Franciliens, pour lesquel-les vous êtes censée mener votre politique, étouffent.

Comment expliquez-vous, Madame la Présidente, la facilité déconcertante avec laquelle vous dépensez 130 000 € en actions juridiques pour tenter d’anéantir une mesure efficace de santé publique ? Comment expliquez-vous, Madame la Présidente, la facilité déconcertante avec laquelle vous dépensez zéro euro, pas un centime, durant une année entière, lorsqu’il s’agit de passer à l’action concrète ?