Stratégie pour le fret : la Région sacrifie le rail au profit du tout camion
Partager

Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale regrettent l’absence de vision stratégique dans le plan pour le fret en Ile-de-France qui a été présenté jeudi 15 mars en séance du Conseil régional, un rendez-vous manqué sur un sujet pourtant majeur pour l’avenir de la région.

Parler du fret sans évoquer ni l’avenir du rail, ni l’écotaxe poids lourds, ni les aides aux véhicules propres, c’est passer totalement à côté des principaux enjeux et des exigences environnementale. Autant de sujets qu’évoquaient en revanche les amendements déposés par le groupe AES pour tenter d’infléchir ce plan.

En refusant de lancer un appel à projets innovant en faveur du fret ferroviaire, la droite régionale sacrifie le service public du rail dans le sillage des attaques du gouvernement contre le SNCF. Pierre Serne a regretté que ce rapport fasse ainsi la promotion du tout camion, du tout bouchon et du tout pollution.

La Région a préféré s’enfermer dans une vision dérégulée du marché, en choisissant d’aider financièrement les acteurs qui viendront frapper à sa porte plutôt qu’en travaillant à poser les bases d’une meilleure régulation d’un secteur stratégique pour le développement économique des entreprises franciliennes.

Ghislaine Senée s’inquiète quant à elle que la très forte concurrence dans ce secteur favorise les mauvaises pratiques en matière environnementale et encourage les acteurs à recourir au dumping social et à l’optimisation fiscale.

Malgré un refus persistant de la droite régionale d’accepter les amendements proposés par l’opposition, le groupe AES se réjouit d’avoir obtenu quelques engagements tels que le désengagement financier de la Région du projet de port industriel à Triel-sur-Seine ou la création d’une aide au remplacement des camions polluants de plus de 12 tonnes.