Un cabinet de Valérie Pécresse totalement dédié au mouvement Libres !
Partager

[Communiqué de presse AES]

Un article de la Lettre A révélait hier soir la “flambée des recrutements au cabinet de Valérie Pécresse” ; un autre article du journal Le Monde précisait récemment que Mme Pécresse dispose au sein même de son cabinet des têtes pensantes de son mouvement Libres !. En effet, pour son mouvement et son petit combat interne à LR contre M. Wauquiez, Mme Pécresse ne regarde pas à la dépense. Tous les moyens sont bons et surtout ceux de la Région…

Depuis le début du mandat, le groupe Alternative Écologiste et Sociale n’a de cesse de demander des documents qui ne sont pas fournis par la Présidente. François Damerval a même obtenu gain de cause auprès de la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) sur certaines demandes particulières, notamment celle de la composition du cabinet de la présidente et du niveau de rémunération. En vain. Car malgré l’injonction de la CADA de fournir les documents dus à la transparence envers les conseiller-es régionaux, le groupe n’a presque rien reçu. Aujourd’hui, sur l’intranet de la Région Île-de-France, le cabinet de la Présidente ne compte pas moins de 31 conseiller-es… Parmi les documents manquant à l’appel, également : la preuve que M. Stefanini, directeur général du Conseil régional en début de mandat puis directeur de la campagne de M. Fillon et aiguilleur du mouvement Libres !, n’a pas perçu double salaire ou prime de départ démesurée. Pour le groupe AES, du côté des directions des différents services de la Région, les mouvements de chaises musicales ne sont pas innocents non plus et certains recrutements semblent bien plus politiques qu’administratifs…

“C’est pour toutes ces raisons que nous demandons la mise en place d’un registre de lobbyistes, car nous avons de sérieux doutes aussi sur certaines subventions. Mme Pécresse nous a refusé sa création à trois reprises malgré l’avis favorable de la Présidente de la commission d’éthique régionale, déplore François Damerval, j’espère ardemment que la Chambre régionale des Comptes va rapidement se saisir de tout cela.”

En attendant, et pour le reste des agent-es, le Conseil régional d’Île-de-France est de moins en moins attractif.

“La Région peine de plus en plus à recruter. Mme Pécresse recrute ses proches mais délaisse totalement le service public qu’elle dirige, qui manque de personnel, au siège régional et dans les lycées,” s’inquiète Anne-Claire Jarry Bouabid, en charge du sujet de l’administration générale.