5 ans de perdus pour les lycées publics d’Île-de-France
Partager

[Communiqué de presse]

À l’occasion du Conseil régional des 24 et 25 septembre prochains, seront votés deux rapports témoignant de la gestion délétère des lycées publics d’Île-de-France par la droite de Valérie Pécresse, depuis maintenant 5 ans.

Cette séance sera l’occasion de confirmer une nouvelle fois la baisse des budgets des établissements, baisse de plus de 20€ par élève et par an, soit -10%. Pourtant, les besoins sont accrus cette année en raison des dépenses liées à la crise sanitaire. En Conseil interacadémique, lundi dernier, ce budget a été massivement rejeté par les élus locaux, les partenaires sociaux, le personnel de l’Education nationale et les parents d’élèves. Nous porterons en conséquence une demande d’augmentation des moyens des établissements en séance.

L’effondrement d’une passerelle au lycée Saint-Lambert dans le 19e arrondissement, malgré les multiples alertes envoyées à la Région tout comme la fermeture l’an dernier en catastrophe du lycée Rabelais dans le 18e arrondissement, sont autant de signaux clairs sur la mauvaise gestion de Valérie Pécresse. D’un côté la Région Île-de-France multiplie les financements aux lycées privés et s’engage dans une vaste opération de
distribution de matériel informatique aux élèves, soit 180M€ sur 2 ans pour des ordinateurs et des tablettes qui prennent le plus souvent la poussière, de l’autre la Région est incapable d’assurer la maintenance et le bon déroulement des travaux dans les établissements. C’est pourtant là sa mission essentielle. Un lycée sur trois reste vétuste dans notre région.


Et que dire des problèmes de restauration qui empirent d’année en année ? Depuis trois ans, en raison de retards de travaux, les lycéens du lycée Voltaire, dans le 11e arrondissement, mangent dans des algécos, avec couverts et bouteilles en plastique. A Villepinte (93), au lycée Jean Rostand, faute d’un plan de continuité de la restauration scolaire digne de ce nom face à la crise, les élèves se sont vu servir des paquets de chips. Pendant un peu plus d’un, an au lycée Berthelot de Saint-Maur-des-Fossés (94), la cafétéria qui complétait la cantine déjà trop petite est restée fermée, la Région refusant de recruter un agent.


Il en est de même pour les centaines de lycéens sans affectation, dont le nombre s’accroît chaque année. Que reste-t-il des promesses fracassantes de la candidate Pécresse en 2015 pour doter la Région de lycées neufs ? Les projets d’ouverture sont en nombre insuffisant pour pallier la hausse de la démographie, les chantiers tardent et nos établissements ne sont désormais plus en capacité d’héberger tous les élèves.


Face à cette situation, les élus de la gauche et des écologistes rassemblés en intergroupe au Conseil régional demanderont à nouveau à Valérie Pécresse de rompre avec ses pratiques austéritaires et de mener une politique à hauteur des besoins de notre Région Île-de-France pour nos lycées publics.