Abandon de l’Exposition Universelle 2025 : l’Ile-de-France doit se tourner vers un nouveau modèle de développement
Partager

[Communiqué de presse AES]

Les élu-es du groupe AES saluent le retrait de la candidature française du projet d’Exposition Universelle 2025 à Saclay en contradiction avec les engagements de la COP 21 et appellent l’Etat et la Région à réorienter leurs investissements pour améliorer concrètement la vie des Francilien-nes.

Dans la lignée de l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes la semaine dernière, le retrait de projet de l’Exposition Universelle sur le plateau de Saclay est une victoire pour l’écologie, qui doit désormais déboucher sur un plan de sauvegarde des terres agricoles. Pour les élu-es du groupe AES, il est temps que l’Ile-de-France se tourne vers un modèle de développement plus résilient, non avide de terres encore cultivées et d’espaces naturels, privilégiant l’amélioration du cadre de vie et le renforcement des transports du quotidien. Il n’est plus pensable aujourd’hui de soutenir les projets de type “Villages Nature” (77) ou de ne proposer aux territoires comme seule perspective de développement des grands projets pharaoniques comme EuropaCity à Gonesse .

“Nous regrettons que l’Etat et la droite francilienne aient persisté si longtemps dans le choix de porter la candidature irréaliste du plateau de Saclay pour accueillir l’EU2025, rappelle Pierre Serne. Par leur entêtement, les promoteurs du projet ont ainsi privé la France et les Francilien-nes d’une manifestation culturelle d’envergure qui aurait parfaitement pu s’intégrer en petite couronne, en convertissant pour une meilleure utilité sociale et un bien moindre coût écologique d’anciennes friches industrielles plutôt que de favoriser l’étalement urbain et la consommation de terres agricoles sur le plateau de Saclay. C’était tout l’intérêt du projet d’Est-Ensemble sur le Canal de l’Ourcq que nous soutenions.”

Ce retrait intervient quelques jours seulement après la publication d’un rapport très critique de la  Cour des comptes sur la Société du Grand Paris. Il souligne l’infaisabilité du calendrier de réalisation du Grand Paris Express et le manque de réalisme des projections financières du projet dans son ensemble, privant ainsi le projet d’Exposition Universelle sur le plateau de Saclay de toute perspective de réalisation pour 2025 de la ligne 18 du super métro, son principal et seul atout.

“L’abandon programmé de la partie Saclay de la ligne 18 du Grand Paris Express doit aussi permettre de remobiliser les moyens pour améliorer les transports du quotidien : modernisation du RER B, maintien d’un projet de métro Orly-Massy (en prolongement de la ligne 14), accélération des travaux du tram-train Evry-Massy et développement d’une offre de bus à haut niveau de service (BHNS) avec un tram qui assurera une desserte suffisante de ce territoire,” a rappelé Hella Kribi-Romdhane.