Alternative végétarienne dans les lycées : une avancée obtenue par le groupe AES
Partager

Lors du débat sur le budget des lycées franciliens, les élu-es du groupe AES ont obtenu le lancement pour 2018 d’une expérimentation de repas végétariens alternatifs dans les menus des cantines qui sera menée dans plusieurs lycées.

Cette étude est une étape importante dans la reconnaissance du nécessaire développement d’une alimentation saine et de qualité dans les lycées. Il s’agit là d’un enjeu de santé publique et d’amélioration de la qualité nutritionnelle des repas, tout autant que de sensibilisation à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Les expérimentations menées par d’autres collectivités à moindre échelle ont montré que ces repas répondent à une vraie demande des élèves puisque 20% d’entre eux portent leur choix sur cette alternative.

Le déploiement par la suite de ces menus aux 470 lycées en Ile-de-France et à leurs 4120 000 élèves est un défi de taille et nécessite de penser dès à présent la question des moyens (équipement des cantines, meilleure gestion des déchets alimentaires, etc.).

Sur cette question, l’exécutif régional ne s’est cependant pas montré à la hauteur en persévérant en outre dans des choix contestables sur les dotations des établissements : diminution des moyens alloués aux lycées pour chaque élève ou encore augmentation des budgets des lycées privés au détriment des lycées publics faisant ainsi le jeu des inégalités sociales et scolaires.

Pour Bénédicte Monville-De Cecco, « Ces choix budgétaires sont une régression. L’argent attribué au fonctionnement des lycées pour chaque élève diminue, d’autant plus que V. Pécresse soustrait des moyens aux lycées publics pour le donner aux lycées privés, en plus des financements obligatoires déjà alloués à ces lycées. Il s’agit bien là de choix idéologiques qui se font au détriment de l’enseignement public et de la réussite du plus grand nombre ».