Appliquons les recommandations de la Convention citoyenne pour le climat en Île-de-France
Partager

Alors que la France connaît de graves tensions sociales, les 146 propositions portées par la Convention citoyenne pour le climat apportent des premières pistes de réponses aux urgences sociales et environnementales. Cette expérience inédite est la preuve d’un besoin de renouveau démocratique qui doit intégrer l’ensemble des institutions.  Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale ont proposé dans le cadre de la commission permanente du conseil régional d’Île-de-France du 1er Juillet 2020, de nombreux amendements qui reprennent les idées émises par les membres de la convention. Valérie Pécresse a refusé l’ensemble des propositions que nous avons portées ! 

La plupart des grandes mesures sont d’envergure nationale : constitution, droit pénal, politique fiscale, réglementation de la grande distribution. Cependant un certain nombre d’entre elles peuvent être appropriables par des collectivités de tous niveaux : logement, alimentation, urbanisme, transformation de l’économie.

L’Île-de-France est une région fortement contributrice des émissions de gaz à effet de serre dans laquelle il y a également une  grande concentration des activités économiques, une surabondance de marchandises, de déchets, etc… 

Le groupe Alternative Écologiste et Sociale a donc invité l’exécutif régional à ne pas attendre l’État, en s’engageant dans le sens de la Convention citoyenne. 

En commission permanente, nous avons demandé à Valérie Pécresse plusieurs engagements :

  • Une gestion durable et écologique des forêts franciliennes
  • La transformation du secteur du bâtiment afin de transformer une industrie extractiviste en une industrie de la rénovation et de l’efficacité énergétique. 
  • Donner mandat à l’Institut Paris Région afin de mener un travail d’identification des besoins réels de la population et réorienter la politique économique régionale pour répondre à ses besoins plutôt que de suivre aveuglément les arbitrages des investisseurs. 

La crise du Covid 19 a permis aux Français-es de prendre conscience d’un renouveau économique, écologique et sociale. Les résultats des élections municipales sont la preuve d’une volonté de renouvellement démocratique et politique. Les collectivités territoriales seront au coeur de cette transformation et devront réorienter les financements, les accompagnements et la gestion des territoires afin d’atteindre une diminution de la consommation des ressources. Nous devons orienter les politiques publiques afin d’atteindre une autonomie alimentaire et énergétique. 

La prise de conscience que les Françaises et les Français ont déjà eu doit maintenant se concrétiser dans les politiques menées par les collectivités ! Pourtant, une nouvelle fois, la Présidente de la Région Île-de-France a prouvé qu’elle ne joint  jamais les actes à la parole !