Budget 2021 Action sociale : intervention de Fanélie Carrey-Conte
Partager

Mme la Vice-présidente,

C’est la 5e fois que nous allons faire cet exercice de débat et de vote autour de votre budget, la 5e fois que nous allons pointer les orientations qui ont, depuis 2015, laissé se creuser les inégalités sociales dans notre région.

Alors il y a eu des grands mots, le plan “région solidaire”, les grandes causes régionales, la revendication d’une urgence sociale…  

Mais ces grands mots n’effaceront pas la nature réelle de votre mandat. 5 ans à décliner des orientations au final parfaitement en phase avec la faute originelle qui avait pleinement donné le ton en 2015  : la suppression de la réduction sur l’abonnement transport accordée aux bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat. Quel symbole, tellement éloquent, tellement annonciateur de la suite. 5 ans à vous cacher derrière la soi-disant excuse des compétences, qui ne posent aucun souci quand on parle de sécurité, mais qui vous arrangent bien en matière d’action sociale, pour ne pas faire plus, pour ne pas revenir au niveau d’investissement et de fonctionnement qui était celui de la précédente majorité ; et ce n’est pas être enfermé dans le passé que de dire cela, c’est mettre tout le monde face à ses responsabilités. 5 ans à jouer des ambiguïtés en prétendant mettre en œuvre des orientations féministes et progressistes tout en assumant de composer avec les prises de position réactionnaires de vos alliés de Sens Commun. 5 ans enfin à oser assumer de ne rien faire pour aider les migrants, alors que les drames vécus par ces personnes resteront comme le “waterloo moral” de notre époque et de notre continent, comme l’a un jour très justement dit Cécile Duflot. La Région aurait pu, la région aurait dû, mais la région a passé son tour, la région a détourné les yeux.

Alors quand arrive la crise sanitaire et ses conséquences sociales, et bien les besoin sont immenses en IDF où les inégalités n’ont donc cessé de se creuser : les Restos du Cœur, pour ne citer qu’eux, se sont alarmés de la hausse fulgurante du nombre de bénéficiaires : de 45 % en Seine-Saint-Denis – un record en France -, de 30 % à Paris et en Seine-et-Marne. 

Et face à cela, et bien on va regarder précisément ce budget 2021, et on voit bien que derrière l’affichage global de l’augmentation du budget, essentiellement à travers les formations sanitaires et sociales, – affichage global qui est la moindre des choses en cette période de crise aiguë – se cachent des manques ou des insuffisances majeures : sur l’accompagnement des personnes âgées, sur la petite enfance ou le soutien aux centres IVG où les hausses ne sont que symboliques, sur le soutien aux publics précaires pour ne citer que quelques exemples. Et avec un plan d’urgence covid bien mal détaillé et qui pèsera peu face aux enjeux, a fortiori en l’absence d’une cohérence globale de toutes vos politiques publiques vers plus d’égalité et d’aide aux plus fragiles.

Nous savons que ce sont des temps difficiles que nous allons vivre dans les mois à venir ; on aurait aimé un sursaut régional ; mais une nouvelle fois, la région solidaire, solidaire avec toutes tous, avec les précaires, les exclus, les sans abris, les toxicomanes, les étrangers, les réfugiés…et bien cette région solidaire là, malheureusement , elle attendra une nouvelle fois.