Courrier de Ghislaine Senée à Valérie Pécresse : Position de la Région concernant les projets d’aménagement du triangle de Gonesse 
Partager

Paris, le 1er octobre 2019

Madame la Présidente,

Nous avons bien entendu vos récentes déclarations, notamment lors des dernières commission permanente et séance du Conseil régional du 19 et 20 septembre 2019, concernant le projet Europacity. Vous avez dit être disposée à ouvrir un débat menant à un positionnement de la Région sur la pertinence dudit projet.

Comme vous le savez déjà, notre groupe est radicalement opposé à ce que les terres agricoles du triangle de Gonesse subissent le même sort que celles du plateau de Saclay. Alors que notre région-métropole est particulièrement dépendante des importations de produits alimentaires, il est primordial de maintenir une production agricole locale. Les terres agricoles doivent être protégées de toute artificialisation et il est clair que l’avenir de notre région n’est pas dans la bétonisation mais dans la végétalisation et la recherche d’un maximum d’autonomie en termes de ressources agricoles.

Dans le triangle de Gonesse, le projet principal de complexe commercial Europacity est le “navire amiral” d’un projet de création d’une zone d’aménagement concerté, c’est à dire de bétonisation. Alors que de nombreux recours sont engagés contre Europacity, qu’une forte mobilisation citoyenne s’y oppose et que le gouvernement hésite à trancher en sa faveur, la Région a tout intérêt à ajouter son poids aux opposants au projet.

Cependant, la Société du Grand Paris, que nous avons auditionné lors de la dernière séance du Conseil régional en la personne de M. Thierry Dallard, président du Directoire, précipite les travaux préalables à la construction de la gare de Gonesse, intégrée à la ligne 17 du métro du Grand Paris.

Cette gare, très éloignée des habitations comme des bureaux n’a d’autre intérêt que celui de desservir Europacity et la ZAC qui lui est associée. En tant que telle la gare artificialisera des terres agricoles et son apparition déclenchera nécessairement des aménagements de voiries mais aussi de commerces et de bureaux. Le montant des investissements nécessaires à sa construction et le caractère irréversible du chantier prévu sont des raisons suffisantes pour exiger la suspension des travaux, dans l’attente de la décision finale concernant Europacity.

Puisque monsieur Dallard nous a assuré que la Société du Grand Paris ne défendait pas cette gare mais se contentait d’appliquer les décisions dictées par les instances politiques, vous avez toute légitimité à intervenir tant auprès de la SGP qu’auprès de l’Etat pour protéger nos ressources agricoles communes et préserver un des rares espaces non minéral du Nord de l’Île-de-France. Nous vous demandons donc d’organiser au plus vite le fameux débat concernant la position de l’Île-de-France au sujet d’Europacity mais aussi de demander solennellement à la SGP de suspendre ses travaux sur le site tant que ce projet n’a pas été validé.

Je vous prie de croire, Madame le Présidente, à l’assurance de notre considération distinguée.

 

Ghislaine Senée,

Présidente du groupe Alternative Écologiste et Sociale