Deuxième vague COVID-19 : La Région Île-de-France doit enfin se mobiliser pour les lycées franciliens
Partager

[Communiqué de presse]

Les annonces de l’Agence Régionale de Santé, de la préfecture de Paris et de la maire de Paris invitent chacun en Île-de-France à prendre conscience de la situation liée à la crise sanitaire. La deuxième vague est là et nous ne pouvons plus l’ignorer. Depuis la rentrée, les chiffres sont formels, c’est dans le milieu scolaire et universitaire que les contaminations sont les plus nombreuses. Entre le 9 mai et le 1er octobre 2020, on comptabilise 131 clusters en milieu professionnel contre 139 en milieu scolaire et universiaire, alors que l’ensemble des établissements scolaires n’a rouvert qu’en septembre, les entreprises, elles, ayant repris progressivement leurs activités depuis la fin du printemps.

Nous, élu.es d’opposition de gauche et écologistes à la Région Île-de-France, sommes à ce titre extrêmement préoccupés par l’absence de mesures concrètes et adaptées proposées par Valérie Pécresse pour les lycées. Aujourd’hui, plusieurs dizaines d’établissements manquent de personnel d’entretien, de matériel et gel hydroalcoolique pour appliquer le protocole sanitaire, et de personnel de cantines.

Aujourd’hui, nous appelons Valérie Pécresse à mobiliser toutes les énergies régionales et demandons :

  • Qu’un plan de continuité de la restauration scolaire soit instauré, avec distribution de paniers repas équilibrés quand les conditions ne sont pas réunies pour ouvrir les cantines à chaque lycéen.
  • Qu’une cellule de crise intégrant les acteurs du Comité interacadémique soit mise en place. Elle se réunira toutes les semaines pour faire le bilan des classes et des cantines fermées dans chaque territoire, donner les capacités d’accueil des cantines, le nombre d’agents présents dans les lycées, les capacités ou non à respecter le protocole sanitaire et la teneur réelle des moyens matériels disponibles dans chaque établissement. Elle fera également le point avec IDFM et les opérateurs Optile sur le transport scolaire. A l’issue de chaque réunion, un état des lieux complet sera rendu public.
  • Qu’un recrutement d’urgence de 900 agents supplémentaires soit lancé. Ce dispositif doit prendre la place du recours bancal aux agences d’intérim, décidé en catastrophe par la Région, il y a deux semaines. On constate partout un manque d’agents dans les lycées, conduisant à des situations de burn-out pour ceux en poste.
  • Que Valérie Pécresse interpelle Jean-Michel Blanquer pour qu’un protocole sanitaire applicable et efficace soit enfin proposé : avec des recrutements et des aménagements pédagogiques pour éviter les classes en sureffectif, avec des masques efficaces pour les personnels et des dispositifs de test pour les personnels.
  • Que Valérie Pécresse interpelle également Jean-Michel Blanquer sur la situation catastrophique de la médecine scolaire, pour s’assurer que nos établissements disposent rapidement de suffisamment de psychologues, infirmiers, assistants sociaux et médecins.