Fin de la pollutaxe : Le gouvernement renonce à lutter contre la pollution de l’air
Partager

paris-pollution668560_1280[Communiqué de presse EELV&A]

Sur les plateaux télé, dans les discours et les programmes pour se faire élire tous les partis politiques qui ne sont pas écologistes se gargarisent de leur engagement pour la protection de l’environnement, pour la COP 21, mais ne mettent décidément rien en œuvre. Au moment de l’action : plus personne. Après « L’écologie ça commence à bien faire !» de M. Sarkozy et l’assignation à domicile de militants écologistes par le gouvernement de M. Hollande, les écologistes se retrouvent aujourd’hui face à l’abrogation de la taxe poids lourds au motif de « l’absence de sa mise en œuvre ».

Pourtant, tout le monde – ou presque – s’accorde : la pollution aux particules fines du Diesel a fait exploser les maladies respiratoires chroniques en France, principalement chez les enfants. La communauté scientifique est formelle, l’apparition de maladies respiratoires, cardiovasculaires et de certains cancers est directement due à la pollution de l’air. La Suisse, l’Autriche, l’Allemagne, la République Tchèque, la Suède, la Slovaquie, la Pologne, la Finlande, le Danemark, la Belgique ont pris des mesures pour faire appliquer ce principe simple qui consiste à faire payer ceux qui polluent. Ces taxes qui permettent de financer la lutte contre les pollutions sont principalement appliquées pour les poids lourds en transit.

« La France est à la traîne et avec cette décision, elle conforte encore son retard, » déplore Mounir Satouri. « Pour l’Île-de-France, c’est dramatique ! Notre Région est très touchée par la pollution de l’air, c’est une région de transit, » rappelle l’élu qui regarde cette décision avec colère : « On abroge un loi parce que rien de concret n’a encore été fait[1]! A ce compte-là pourquoi n’abroge-t-on pas Notre-Dame-Des-Landes ? On voit à quel point on est prêt aujourd’hui à céder aux lobbies… »

L’élu note aussi que ce désengagement est fait au beau milieu de la COP22, alors que les associations et les Etats travaillent à leur déclaration finale à Marrakech. « D’un côté, le monde appelle au désinvestissement des énergies fossiles, de l’autre la France baisse les bras. »

En Île-de-France, la Taxe Poids lourds devait permettre de financer de nombreux projets pour les transports franciliens : voies ferrées, fluviales, logistique du dernier kilomètre,  etc. « Depuis longtemps nous demandions sa mise en expérimentation en Île-de-France pour financer des actions de lutte contre la pollution de l’air, notamment l’accélération de la modernisation du réseau de transports en commun. Elle est aujourd’hui impossible, alors qu’il y avait un consensus  de la Région sur ce sujet. Ce gouvernement aura décidément reculé jusqu’au bout sur les enjeux environnementaux,» regrette Pierre Serne, ancien Vice-Président aux transports.

[1] L’exposé des motifs de l’amendement déposé par un député socialiste est le suivant : « Cette abrogation se justifie par l’absence de mise en œuvre du dispositif national »

Une réflexion au sujet de “Fin de la pollutaxe : Le gouvernement renonce à lutter contre la pollution de l’air

  1. et oui , dans la vallee de la seine la surmortalite des plus de 65 ans est largement identifié dans le secteur entre les triel mureaux et mantes ( carte origine insee 2007 ) depose sur site gpseo , pourtant les politiques refusent de condamner le projet d ‘extension des carrieres sur les communes de la vallee de la montcient
    hors calcia est une cimenterie obsolete , polluante et principale pourvoyeur de co2 facteur numero 1 du rechauffement climatique
    ils sont coupables, de lachete ( compromission ?? ) , et nous devons leur imposer une reconversion de cette usine
    quand on ne defend pas les victimes de la pollution on defend ceux qui les tuent , il est temps de choisir son camp , car l’avenir se jouera devant les tribunaux

Les commentaires sont fermés.