Fuite d’un pipeline dans les Yvelines : Total doit payer TOUS les frais de dépollution
Partager

[Communiqué de presse]

Plusieurs communes des Yvelines ont été touchées ce dimanche soir par une fuite d’hydrocarbures : Autouillet, Vicq et Boissy-sans-Avoir, ont indiqué la Préfecture et Total via des communiqués. Des champs agricoles (4 à 12 hectares selon les différentes sources) ainsi que des rivières, rus et fossés, subissent ainsi une pollution de plein fouet, avant que les nappes phréatiques ne soient vraisemblablement polluées à leur tour.

Pour le groupe Alternative Écologiste et sociale, il est important que toute la lumière soit faite sur l’origine de cet accident, qui ne semble pas encore connue, d’autant qu’il y a déjà eu un autre accident en 2014. “Pour moi, c’est bien un accident et même une catastrophe écologique et non un “incident”. Il n’est en tout les cas pas entendable que les dégâts soient minimisés, comme c’est presque toujours le cas en pareille situation, a déclaré Mounir Satouri, président du groupe et élu des Yvelines qui demande que tout soit fait pour endiguer au mieux la pollution. Les agriculteurs-trices et les habitant-es subiront les conséquences de cette pollution, sans parler de la biodiversité. Tout doit être fait pour que les écoulements nocifs soient réduits à leur minimum et que la pollution impacte le moins possible l’eau potable et la santé des habitant-es,” a témoigné Mounir Satouri.

Sur le plan du contrôle, il est important que la population soit correctement informée et que tous les syndicats des eaux, ainsi que le Bassin Seine Normandie, soient mis à contribution pour effectuer des analyses dans tous les cours d’eau, les nappes phréatiques et les zones de captage. De même, le groupe Alternative Écologiste et Sociale demande à ce que Mme Pécresse, présidente de la Région Île-de-France s’assure de la bonne conduite des travaux et finance la mise en place d’un comité de suivi et d’études indépendantes, via les associations locales pour favoriser une transparence totale.

Par ailleurs, l’ensemble des terres polluées devront être excavées, ce qui nécessitera des interventions relativement lourdes et longues (plusieurs mois selon la préfecture). “Il est important de s’assurer que l’ensemble des terres polluées soient dépolluées et que les habitant-es soient informé-es de l’endroit où les terres excavées seront stockées, mais aussi que TOTAL finance bien les coûts de bout en bout,” réclame Annie Lahmer.