La logique comptable de l’État et de la Région Île-de-France met en danger les Missions Locales franciliennes
Partager

[Communiqué de Presse]

Les Missions Locales franciliennes assurent l’aide à la formation et à l’insertion des jeunes en difficulté. Elle sont le pilier des politiques publiques d’insertion des jeunes. Pourtant, elles sont victimes de baisses des crédits de fonctionnement alloués par Valérie Pécresse et par l’État. Le groupe Alternative Écologiste et Sociale appelle à une prise de conscience de la ministre du Travail et de la présidente de la région Île-de-France quant à l’impérieuse nécessité de renforcer le soutien public aux Missions Locales.

Contre 20 M€ en 2015, ce sont seulement 18,9 M€ qui sont prévus sur le budget régional 2019, soit un manque cumulé de 8,9 M€ en 4 ans.  Alors qu’elles sont l’élément central de la mise en oeuvre de la “Garantie Jeunes” pour accompagner les jeunes en rupture après leur sortie du milieu scolaire, les Missions Locales voient aussi leurs dotations de crédits par l’État, pour l’année 2019, baisser de -45,5% sur cet axe.

Cette pression financière pousse à la fusion de certaines Missions Locales, de manière abrupte, sans concertation des acteurs du terrain ou sans logique territoriale définie au détriment des jeunes concerné-es. Le sentiment d’incompréhension des personnels encadrants qui agissent au quotidien s’accentue.

En plus de cette contrainte comptable, une réorientation de l’objet même des missions locales est à l’oeuvre par la mise en place de “contrats de performances” ; contrats qui indexent les montants des dotations sur une logique d’efficacité et non plus une logique de soutien à tous les publics.

“Appliquer des règles d’optimisation comptable aux Missions Locales, c’est dans les faits prendre le risque de pousser les missions locales à abandonner des jeunes qui, potentiellement, seraient jugé-es irrécupérables et plomberaient des chiffres de performance. Cette vision du gouvernement et de l’exécutif régional est un non sens absolu. La mission d’aide à l’insertion doit avoir des objectifs sociaux et de raccrochage des jeunes les plus éloigné-es de l’emploi et des institutions,” intervient Hella Kribi-Romdhane, ancienne Vice-Présidente en charge de la formation professionnelle.

Les Missions Locales franciliennes ont un rôle central dans l’accompagnement des jeunes en difficulté. Bien évidemment, elles assurent comme elles peuvent leurs missions vers le retour à l’emploi, mais la réalité du terrain montre également que les personnels de ces structures jouent un rôle d’aide sociale plus large auprès des jeunes en difficulté.

“Valérie Pécresse a refusé de renforcer l’aide régionale aux Missions Locales que le groupe AES avait proposée au budget 2019. Elle porte la responsabilité des difficultés rencontrées aujourd’hui par les personnels pour assurer leurs missions,” conclut l’élue.

Une réflexion au sujet de “La logique comptable de l’État et de la Région Île-de-France met en danger les Missions Locales franciliennes

Les commentaires sont fermés.