La région n’est pas un outil de communication
Partager

La rentrée 2019 est l’occasion pour Valérie Pécresse de continuer à utiliser la région Île-de-France comme un outil de communication au service de son ambition personnelle et non pas comme l’institution au service des francilien-nes, qu’elle a été et devrait être. Sur la question des lycées ou du libre accès des promeneurs sans risque dans les forêts le dimanche, les choix de la présidente ne semblent pas guidés par l’intérêt général, et ont de plus un coût pour les finances de la région. 

Les manuels scolaires ne sont pas des instruments de propagande électorale

Le Canard enchaîné de ce jour rend à nouveau publiques les manoeuvres de la Présidente de la région, qui introduit dans 1 222 086 manuels scolaires des lycéen-nes francilien-nes sa propre photographie accompagnée d’un petit mot électoraliste. Une fantaisie qui va coûter 245 000 euros aux francilien-nes.

Alors que la rentrée scolaire est un moment important pour des millions de foyers, elle est une nouvelle fois le théâtre des manquements de Valérie Pécresse. Après avoir imposé aux professeurs et aux élèves des tablettes numériques indisponibles pendant les premières semaines de cours, elle fait livrer avec du retard les manuels scolaires. Gageons que ce ne soit pas uniquement pour avoir l’assurance d’y voir sa photo apparaître, en gaspillant au passage l’argent public” s’indigne Ghislaine Senée, Présidente du groupe Alternative Écologiste et Sociale. 

Pour profiter des espaces naturels en toute sécurité le dimanche

La commission permanente qui s’est tenue le 18 septembre 2019 a vu la Présidente de région faire voter le financement de chambres froides afin que les chasseurs franciliens puissent conserver et commercialiser leur gibier. Après avoir financé l’achat de poules faisanes pour les chasseurs au mois de Juillet 2019, c’est maintenant une nouvelle dépense absurde qui est votée par la majorité régionale en faveur des chasseurs.

Nous avons proposé en contrepartie un Dimanche sans chasse, une volonté des francilien-nes puisque notre pétition à ce sujet a été signée par plusieurs milliers de citoyen-nes. L’exécutif continue sa politique clientéliste en octroyant des financements aberrants qui permettent à la pratique de la chasse de se développer en Île-de-France sans assurer aux francilien-nes la sécurité nécessaire pour profiter des espaces naturels” ajoute Anne-Claire Jarry-Bouabid, vice-présidente du groupe Alternative Écologiste et Sociale.