Le Pacte d’Investissement dans les Compétences
Partager

Le Pacte d’Investissement dans les Compétences (PIC) proposé par les gouvernement s’inscrit dans le démantèlement progressif de l’action publique en faveur de la formation professionnelle.

Il est à destination des demandeurs-euses d’emploi et des jeunes en situation de décrochage scolaire.

Si de prime abord, il est séduisant de croire que le PIC est une avancée pour soutenir la formation, il manque, selon nous, deux questions fondamentales :

  • N’est-il pas du ressort de l’éducation nationale de prendre en charge le décrochage scolaire par une adaptation pertinente des méthodes et des organisations ?
  • Les métiers dits « en tension », le sont plus par des offres d’emplois souvent précaires, mal rémunérés. Aussi, n’est-il pas du ressort des entreprises concernées de se questionner que les conditions d’emplois qu’elles proposent ?

Nous déplorons que ces questions soient essentiellement abordées sous l’angle des « compétences » à acquérir par les personnes, non pas selon leurs choix personnels, mais selon les besoins des entreprises.

Avec ce PIC, se pose également la question de la gouvernance des 25 Bassins d’Emplois dessinés par l’État dans notre région. En sont exclus les organisations syndicales, les structures de l’insertion et le pluralisme politique comme le souligne Hella Kribi-Romdhane dans son intervention.