Lettre ouverte adressée à M. Castaner, Ministre de l’Intérieur
Partager

Monsieur le Ministre,

Ce week-end, de nouvelles images ont fait état de dérives racistes et violentes au sein des forces de l’ordre, lors d’une arrestation à l’Ile-Saint-Denis. Cette bavure, inqualifiable, a pu être identifiée car elle était filmée. Les responsables doivent être lourdement sanctionnés.

En ce sens nous prenons donc acte des premières décisions qui semblent aller en ce sens. Mais, elle laisse aussi entrevoir l’ensemble des abus qui peuvent être commis “hors caméra”. C’est sur cette lame de fond que vous devez agir d’urgence, notamment dans le cadre du confinement qui semble renforcer le sentiment d’impunité de certain·es au sein de la police, comme nous le montre les images violentes d’arrestation, qui se multiplient depuis le 17 mars 2020.

Confiner une population est un exercice extrêmement délicat qui nécessite la restriction des libertés individuelles, de manière ponctuelle. L’exercice est donc périlleux et l’État et ses composantes doivent être pleinement mobilisés pour qu’aucune dérive n’en découle. Majoritairement, les Françaises et les Français se sont plié·es à ce confinement, bien qu’il aggrave souvent des conditions de vies déjà bien difficiles. 

En effet, nombreuses sont les familles pour lesquelles le confinement est synonyme de faim, de mal logement, d’extrême précarité. Le rôle de l’État, c’est de les protéger non de les réprimer à tout-va. À ce titre, il est incompréhensible de voir le zèle d’une partie de vos effectifs qui se transforme parfois même en violences inutiles.

Cette violence dont peut faire preuve une partie des forces de l’ordre est la démonstration du sentiment d’impunité qui l’habite. Depuis plusieurs années, de nombreux cas de violences abusives ou illégitimes n’ont fait l’objet que d’enquêtes superficielles et les agents concernés ont bénéficié d’un fort soutien de leur hiérarchie et de l’institution policière dans son ensemble.

Ces violences sont physiques, elles sont verbales, elles sont parfois ponctuées de propos racistes qui, rappelons-le, sont punis par la loi. À quel moment, le basculement de notre société a permis à des fonctionnaires de polices, garants du respect de la loi, de bafouer la république qu’ils représentent ?

Alors que la situation sociale est particulièrement tendue, alors que de nombreux quartiers sont en ébullition, suite, justement, à des conditions d’interpellation contestables voire inadmissibles, les forces de l’ordre dont vous avez la responsabilité doivent faire évoluer leurs pratiques. Non la police n’est pas une citadelle assiégée. Oui sa mission est de servir les populations, pas de les soumettre ou de les effrayer. Et les comportements dominateurs ou cruels qu’ils soient racistes, sexistes ou homophobes n’ont pas leur place dans une police républicaine, d’autant qu’ils suffisent à jeter le doute, sinon l’opprobre, sur l’ensemble de ses collègues.

Monsieur le Ministre, votre rôle est d’assurer la sécurité des Françaises et des Français. Le nôtre, de vous demander de faire cesser l’escalade de violences à laquelle nous assistons. De faire cesser les coups, les mises en danger gratuites, le racisme, tous ces actes indignes qui doivent être sévèrement punis. Notre rôle est aussi de vous demander d’agir enfin, au delà de la sanction d’un acte identifié, filmé, pour lutter en profondeur contre l’ensemble de ces dérives, violentes et racistes notamment, qui existent au sein de votre institution, car elle remplit un rôle clé de notre vivre ensemble et se doit à ce titre d’être parfaitement exemplaire. 

Les élu-es du groupe Alternative Écologiste et Sociale