Lycées et CFA : pollution des sols et présence d’amiante, l’accès à l’information restera difficile
Partager

[Communiqué de presse]

En commission Permanente, ce jour, le groupe AES a déposé des amendements visant à supprimer les financements aux lycées privés et à rendre plus transparente l’information de la droite régionale concernant les diagnostics de pollution dans l’ensemble des lycées et CFA, concernant les sols (notamment pour les établissements qui ont été construits dans d’anciennes friches industrielles) et l’amiante, suite au grave problème survenu récemment dans le lycée de Villeneuve-le-Roi.

“Le reportage récent diffusé sur France 2 avec la collaboration de l’association Robins des Bois, alertant sur la pollution des sols de nombreux établissements scolaires, aurait dû amener l’exécutif à améliorer la transparence des informations aux populations, en particuliers aux élèves, parents d’élèves et personnel éducatif. Il est regrettable que nos amendements, qui ne demandaient qu’à diffuser les informations dans un objectif de rassurer l’ensemble des francilien-nes concerné, aient été refusés,” regrette Mounir Satouri qui souligne son incrédulité face à une telle opacité. Sur la question de l’amiante, les élu-es demandaient simplement à ce que l’accès aux diagnostics Amiante des établissements soit facilité pour les publics concernés. Rien n’a été répondu quant à la question de savoir si les diagnostics des établissements ont été mis à jour suite à la nouvelle réglementation de 2013, qui demande notamment un suivi régulier des matériaux qui, du fait de leur vieillissement, pourraient évoluer et libérer des fibres d’amiante.

Moins surprenant, la droite régionale a refusé en bloc les demandes de notre groupe concernant les lycées privés. “Comme d’habitude, nous rappelons notre demande que des établissements privés ne puissent pas faire des bénéfices ni verser de dividendes à leurs actionnaires grâce aux financements de la Région. Notre demande a été rejetée. La droite régionale fait le constat de lycées publics dégradés, mais continue à déshabiller Pierre pour habiller Jacques, et finance les lycées privés,” a regretté Bénédicte Monville qui considère que la droite régionale participe à la dégradation du système scolaire public.