Lycées franciliens, une rentrée sans moyens supplémentaires : Valérie Pécresse piétine la sécurité sanitaire de la communauté éducative
Partager

[Communiqué de presse]

Durant les vacances de la Toussaint, Valérie Pécresse n’a encore rien préparé pour assurer la mise en œuvre du protocole sanitaire dans l’ensemble des lycées franciliens.

Alors que les chiffres des contaminations s’envolent, démontrant l’inefficacité des mesures prises jusque-là, que le conseil scientifique alerte devant la « situation extrêmement difficile » des mois à venir et particulièrement en Île-de-France, la reprise des cours dans les lycées franciliens s’est faite sans moyens supplémentaires.

Dans de nombreux établissements, les conditions qui ont transformé nos lycées en clusters ces dernières semaines restent les mêmes : protocole sanitaire inapplicable, locaux inadaptés, surchargés et mal nettoyés, manque persistant de moyens et de personnels. 

Pourtant, la présidente de Région s’entête dans l’impréparation et le refus idéologique de moyens supplémentaires aux lycées publics. Alors que les risques sont considérables dans notre Région, Valérie Pécresse piétine la sécurité sanitaire de toute la communauté éducative !

Mieux gouvernée, la Région Île de France aurait pu faire autrement. Elle aurait pu garantir le respect de la distanciation physique en augmentant le nombre de m2 par élèves : installation de constructions modulaires provisoires et mise à disposition de son patrimoine immobilier. Elle aurait pu recruter les 900 agents manquants dans les lycées publics, que nous demandons depuis avril 2020, afin d’en garantir l’entretien requis par l’épidémie. Elle aurait pu assurer le réapprovisionnement des produits d’hygiène indispensables, distribuer aux élèves des masques en nombre suffisant et s’assurer de leur utilisation efficace. Elle aurait pu, aussi, exiger du gouvernement un protocole sanitaire adapté aux lycées, à la hauteur du risque.

Mais Valérie Pécresse regarde ailleurs. Trop occupée à rêver un destin présidentiel qui l’amène ironiquement à parler sans cesse de sécurité mais à ignorer la sécurité sanitaire des quelques 500 000 lycéen·ne·s franciliens, plus de 8 500 agents et des enseignant·e·s, elle en oublie ses responsabilités de présidente de Région. Comment est-ce possible d’entendre ce matin, jour de rentrée des vacances de la Toussaint, la Présidente de région dire sur Europe 1 que « 60% des cantines ne pourraient pas, avec trois services comme aujourd’hui, accepter l’ensemble des enfants en respectant le protocole » et de demander « vraiment aux parents d’être compréhensifs » ? Ce n’est pas aux parents d’être compréhensifs mais à la Présidente de Région d’assumer “vraiment” ses responsabilités !

Des responsabilités qui, en ces temps d’épidémie, devraient non seulement retenir toute l’attention de l’exécutif régional mais concentrer l’essentiel des moyens régionaux disponibles.