Lycées publics d’Île-de-France : des mesures urgentes doivent être prises face au covid-19
Partager

[Communiqué de presse]

Cantines fermées, manque d’agents, locaux inadaptés… alors que la situation sanitaire s’aggrave de jour en jour dans la Région Île-de-France, un grand nombre de lycées ne parviennent pas à fonctionner normalement dans le respect du protocole sanitaire.

Au lycée Racine (75), Voltaire (75) ou François Villon aux Mureaux (78), les élèves sont tous ou pour partie privés de restauration. Au lycée Balzac à Mitry-Mory (77), Émilie-du-Châtelet de Serris (77), Condorcet à Limay (78), Geoffroy-Saint-Hilaire à Étampes (91), les agents sont trop peu nombreux dans les cantines et pour l’entretien. Ils sont au bord du burn-out. Au lycée Jean-Renoir à Bondy (93), Jacques Feyder à Épinay-sur-Seine (93), Mozart au Blanc Mesnil (93), l’état des bâtis ne permet toujours pas le respect des normes sanitaires.

Malgré nos demandes répétées depuis le déconfinement, les lycées franciliens ne sont donc pas prêts à faire face. Tout doit être mis en œuvre pour permettre de garder nos établissements scolaires ouverts et accueillir nos élèves déjà marqués par quatre mois sans scolarisation au printemps dernier.

Demain se tiendra la commission permanente du Conseil régional. Aucune disposition spécifique n’y sera inscrite à l’ordre du jour pour assurer le bon fonctionnement de nos lycées dans les mois à venir. Pire, aucun des documents qui seront présentés demain à notre assemblée ne concerne les lycées.

Pour répondre à ce défaut d’anticipation de la Région, les élus de la gauche et des écologistes interpellent Valérie Pécresse et déposeront des amendements pour exiger :

  • qu’une cellule de crise intégrant les acteurs du Comité inter-académique soit mise en place. Elle se réunira toutes les semaines pour faire le bilan des classes et cantines fermées, donner les capacités d’accueil des cantines, le nombre d’agents présents dans les lycées, les capacités ou non à respecter le protocole sanitaire et la teneur réelle des moyens matériels disponibles dans chaque établissement. Elle fera également le point avec IDFM et les opérateurs Optile sur le transport scolaire. Un état des lieux complet sera rendu public.

  • qu’un recrutement d’urgence de 900 agents supplémentaires soit lancé. Ce dispositif doit prendre la place du recours bancal aux agences d’intérim, décidé en catastrophe par la Région, en septembre 2020.

  • qu’un plan de continuité de la restauration scolaire soit instauré, avec distribution de paniers repas équilibrés quand les conditions ne sont pas réunies pour ouvrir les cantines. Chaque lycéen·ne demi-pensionnaire doit pouvoir bénéficier d’un lieu pour manger à l’abri, au chaud et sur une table.

  • que la Présidente de Région interpelle Jean-Michel Blanquer pour qu’un protocole sanitaire applicable et efficace soit enfin proposé : avec des recrutements et des aménagements pédagogiques pour éviter les classes en sureffectif, avec des masques efficaces pour les personnels et des dispositifs de tests.

  • que la Présidente de Région interpelle également le ministre de l’Éducation nationale sur la situation catastrophique de la médecine scolaire, pour s’assurer que nos établissements disposent rapidement de suffisamment de psychologues, infirmiers, assistants sociaux et médecins.