Oies Bernaches abattues sur l’Île-de-Loisirs de Cergy : l’écologie de salon de la droite régionale
Partager

[Communiqué de Presse]

Nous avons appris, ce vendredi 31 mai, qu’une opération d’abattage d’oies bernaches avait eu lieu sur l’île-de-loisirs de Cergy. L’oie bernache du Canada est considérée par les autorités comme une « espèce exotique envahissante » ; il a été fait appel à des chasseurs pour les tuer.

Ce n’est pas la première fois que ce permis de tuer a été donné aux chasseurs. En 2016 déjà la même opération s’est déroulée dans la plus grande discrétion. Les associations environnementales et de protection des animaux ne sont jamais associées pour mettre en œuvre des solutions moins violentes et qui ont fait leurs preuves.

“Il est inacceptable que la culture de la tuerie des animaux qui dérangent soit encore à l’œuvre. C’est d’autant plus inacceptable que cela s’est produit sur une Île-de-loisirs, propriété de la Région Île-de-France dont la présidente de droite se targue de respecter la nature et les animaux,” s’insurge Annie Lahmer, conseillère régionale.

Le lobby de la chasse a bien plus l’attention de la droite régionale que les associations de protection de l’environnement. Les questions de biodiversité, de souffrance animale et de qualité de vie des habitant-es sont totalement éludées par la droite au profit d’un soutien aveugle aux loisirs de quelques-un-es.

Pour rappel, Valérie Pécresse a fait voter un dispositif de “tourisme de chasse” en 2018 dont le principal bénéficiaire est la société privée ANTISTO pour cartographier la présence des animaux à chasser sur le territoire francilien. Mme Pécresse avait également annoncé, en juillet 2018, un plan d’action pluriannuel de soutien à la filière chasse francilienne et deux conventions avec des fédérations de chasseur-es franciliens.

Pour mémoire, M. Wauquiez avait attribué ses largesses aux 120 000 chasseurs dressant un partenariat inédit avec la fédération de chasse de sa région et Xavier Bertrand leur avait offert en toute discrétion un radar d’observation des oiseaux. “Je demande qu’une opération de concertation avec les professionnel-les et les associations de protection des animaux, notamment la LPO, soit mise en place pour que cela ne se reproduise plus et que la voix des chasseurs ne soit plus la seule écoutée,” conclut l’élue.

Une réflexion au sujet de “Oies Bernaches abattues sur l’Île-de-Loisirs de Cergy : l’écologie de salon de la droite régionale

  1. Bonjour, je suis consternée d’avoir appris vendredi 24 mai 2019 alors que je marchais avec un groupe de marche nordique la décision d’abattage (pour le lundi 27 mai) une fois de plus des oies bernaches qui font partie du patrimoine des étangs de Cergy.
    J’ai contacté la LPO qui m’a donné des renseignements intéressants sur ces oiseaux migrateurs.
    J’ai l’intention d’écrire une lettre de protestation (et je ne suis pas seule) sur ces méthodes qui portent atteinte à la beauté de la nature et à l’agrément des étangs de Cergy. Je souhaiterais avoir une action intelligente et efficace et pour ce faire il est indispensable que cette action favorise absolument la migration de ces oies bernaches. Il est indispensable d’informer par des panneaux d’informations explicatifs interdisant à tout promeneur de nourrir ces oies, panneaux ajoutés partout là où il y a déjà les panneaux indiquant baignade interdite… risque de noyade…Certes un certain nombre de personnes sont gênées par les excréments de ces oies, je peux le comprendre, je peux admettre que leur nombre doit être limité et pour ce faire il faut favoriser la migration naturelle et donc ne pas les nourrir. Il existe d’autres méthodes pour réduire le nombre d’oiseaux dans une espèce, lors de la ponte, le secouage des oeufs(sans les casser) ce qui a pour résultat de tuer l’embryon, l’oie continuera de couver sans qu’aucun nouveau poussin ne naisse donc pas de surpopulation. Pour ma part je suis beaucoup plus dérangée par les nombreuses ordures déposés par des Sapiens Sapiens sans éducation. Je suis retournée marcher le vendredi 31 mai et j’ai pris des photos de ces tas d’ordures que j’ai l’intention de joindre à mon prochain courrier. Je termine en disant que j’apporterai mon soutien à celles et ceux qui comme moi s’insurgent contre ces méthodes d’abattage. Je recherche actuellement les noms et les adresses des responsables de la base, de la mairie de Cergy et de la préfecture de police qui doit donner les autorisations de chasse afin de leur faire parvenir un courrier de mécontentement.
    Cordiales Salutations. Michèle Besnard.

Les commentaires sont fermés.