Parcs Naturels Régionaux : une mise sous tutelle par l’exécutif régional
Partager

[Communiqué de presse AES]

Cela fait 2 années que la région Île-de-France promettait aux parcs naturels régionaux (PNR) la signature des contrats de parcs. Ces contrats permettent à l’ensemble des collectivités locales adhérentes de définir, pour elles-mêmes, les programmes d’actions et orientations de développement et d’expérimentation de politiques publiques innovantes.
Soumis au vote de la commission permanente du 24 janvier 2018, ils présentent, pour le groupe Alternative Écologiste et Sociale, un recul majeur pour ces territoires PNR qui pour leur 50 ans et au sein même de l’hémicycle régional d’IDF se revendiquaient comme des lieux de débats, d’inventions, d’expérimentations, d’adaptation et de promotion sur des champs d’actions non habituels comme notre relation avec la nature.

“En baissant drastiquement (entre -10% et -20%) les dotations de fonctionnement aux PNR, l’exécutif régional leur retire les moyens d’animation, d’ingénierie et de lien social qui faisaient leur spécificité, souligne Bénédicte Monville. Tout le travail indépendant de formation et d’information des PNR auprès des populations et des collectivités est mis en danger par une reprise en main de la région”.

Imposition d’une clé de répartition fonctionnement/investissement aux conséquences désastreuses obligeant à réduire toutes les actions en maîtrise d’œuvre qui sont la réelle plus value des PNR , création d’un volet “droit commun” dont les dossiers seront désormais instruits par la région sans passer par les commissions d’élu-es des parcs, validation par la région des supports de communication. Nombreuses sont les mesures contraignantes qui démontrent de la part de l’exécutif régional une totale méconnaissance de ces formidables outils que sont les PNR.

“C’est un hold-up politique de la région IDF sur les PNR franciliens. Auparavant c’étaient les élu-es ruraux qui élaboraient et votaient les plans d’actions en fonction des objectifs définis collectivement dans le cadre de leur charte. Leur pouvoir d’agir pour leur territoire est de nouveau mis à mal, dénonce Ghislaine Senée. Maintenant ce sera obligatoirement en fonction des priorités définies par Mme Pécresse. Un mauvais coup pour la ruralité.”

“L’exécutif régional est passé en force et a imposé certains de ses choix après les négociations sans aucune concertation. Et comme les PNR ont un besoin vital de financement, ils sont dans l’obligation d’accepter,” conclut l’élue.

Les parcs naturels en Île-de-France (Haute Vallée de Chevreuse, Vexin français, Gâtinais français et une partie de Oise-Pays de France)  concernent :

  • 278 communes
  • 390 000 habitant-es
  • 18% du territoire francilien (2 190 Km2)
  • 91% d’espaces agricoles, boisés et naturels

Une réflexion au sujet de “Parcs Naturels Régionaux : une mise sous tutelle par l’exécutif régional

  1. quel décalage entre les discours « pro-ruralité » de Mme Pécresse et la réalité !
    Les PNR sont des outils réellement efficaces pour mener des politiques de développement durable sur des territoires ruraux subissant une très forte pression d’urbanisation… à condition qu’on leur laisse des moyens d’agir !

    Cette mise sous tutelle fait des PNR de « caisse d’enregistrement » de dossier de subvention régionale… et vole aux élus locaux leur pouvoir de décision sur leurs territoires.
    c’est lamentable ! pour une fois qu’une politique locale fonctionne vraiment.
    une étude économique a montré que les PNR généraient de très nombreux emplois (induits) en zone rurale, pour un coût globalement modique : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/964084500.pdf

Les commentaires sont fermés.