Plan alimentation régional : Annie Lahmer demande un report
Partager

Monsieur le Président,

Madame la Vice-présidente,

Notre groupe vous a présenté une niche il y a tout juste 4 ans, intitulée « Pour une alimentation 50% BIO dans la restauration des lycées et CFA en 2025 » au travers d’un plan alimentaire territorial Francilien. C’était en février 2017. Il vous aura donc fallu 4 ans pour enfin vous pencher sur le sujet ! Mieux vaut tard que jamais à 5 mois de la fin de votre mandat. Depuis, la crise sanitaire a accentué l’insécurité alimentaire. Trois constats nous poussent à vous demander un renvoi en commission. 

Dans ce rapport, vous affichez des ambitions, vous prônez une alimentation locale durable et solidaire. Vous soulignez les enjeux de souveraineté, de santé et de relance. 

Soit. Malheureusement, nous constatons qu’une fois cela posé, vous semblez totalement occulter l’impact néfaste du modèle agroalimentaire actuel. Dans votre diagnostic, il n’y a pas le moindre questionnement et encore moins de remise en cause du modèle dominant de la modernisation qui a été suivie à marche forcée et fondé sur l’artificialisation-intensification-modernisation. Malheureusement, au fil de la lecture de ce rapport vous confirmez votre volonté de ne surtout pas changer de modèle. De faire comme avant, mais en y intégrant quelques mesures écologiques. 
Aucune fiche spécifique dans votre premier défi « Produire en Ile-de-France« , qui vise à lutter contre la « pandémie silencieuse », celle créée par la pollution chimique. Aucun diagnostic objectif sur l’impact de l’agriculture conventionnelle sur la santé, aucune remise en cause de la qualité nutritionnelle des produits issus de la transformation industrielle, aucun objectif précis donc.

Autre grand manquement dans ce rapport : c’est l’absence totale du travail des collectivités effectué dans la cadre des PAT (Plans Alimentaires Territoriaux) qu’elles ont lancés. Vous souhaitez les mobiliser et les accompagner, mais de manière descendante. Aucun travail de diagnostic en amont, d’identification, de cohésion, de mise en relation. Ceci vous aurait pourtant permis de compléter et rectifier le tir et de présenter un plan plus ancré dans la réalité des territoires.

Dernier point parmi tant d’autres : malgré votre engagement sur l’évaluation de vos politiques publiques, à part de belles promesses, rien sur le sujet. Que des vœux pieux.

Voilà pourquoi nous vous demandons un report en commission, afin de vous permettre de parfaire ce programme.