Plan Vélo : Valérie Pécresse peine à rattraper son retard
Partager

[Communiqué de presse]

Alors que la Région Île-de-France présente ce mardi 13 mars les résultats de son appel à projets “Vélo du quotidien”, visant à soutenir les territoires dans la promotion de la pratique cyclable du quotidien, les élu-es du Groupe Alternative Écologiste et Sociale tiennent à féliciter l’ensemble des lauréats mais appellent Valérie Pécresse à passer à la vitesse supérieure pour rattraper son retard.

Cet appel à projet est bienvenu dans le sens où il permet de débloquer des financements pour les acteurs engagés sur le terrain, notamment en faveur du dernier kilomètre. Mais pour Ghislaine Senée, membre de la commission Transports & Mobilités au Conseil régional, “Cela reste malheureusement insuffisant pour rattraper le déficit d’investissements sur la politique vélo accumulé depuis le changement de majorité régionale. Concernant le soutien aux équipements cyclables, le retard d’investissement depuis 2015 se chiffre à 25 millions d’euros au Conseil régional, soit une année entière de perdue !”

Evolution du budget régional dédié aux équipements cyclables depuis 2015 (en millions d’euros)

Les Francilien-nes paient aussi les pots cassés de la rivalité entretenue par la Région Île-de-France avec la Ville de Paris. Valérie Pécresse a énormément guerroyé contre le service Vélib’, sans accepter d’y mettre jamais un sou de la Région, alors que le réseau s’étendait à toute la petite couronne avec le soutien actif de nombreux-ses maires pourtant issu-es de sa propre majorité politique.  

“L’urgence climatique et l’enjeu majeur de la lutte contre la pollution de l’air imposent un changement d’échelle des politiques vélo, insiste Pierre Serne, conseiller régional et administrateur d’Île-de-France Mobilités. Favoriser l’intermodalité entre la pratique cyclable et les transports en commun passe par exemple par une possibilité accrue de monter à vélo dans les trains, comme le propose le Sénat dans le cadre de l’examen du projet de loi d’orientation des mobilités. Par ailleurs, nous nous étonnons que Valérie Pécresse refuse toujours de mettre en place la gratuité des consignes sécurisées Véligo, alors que certains parkings relais sont désormais gratuits pour les automobilistes. C’est tout de même aberrant d’inciter davantage les Francilien-nes à se rendre à leur gare en voiture plutôt qu’à vélo.”