Sites SEVESO en Île-de-France : éviter une éventuelle catastrophe
Partager

« Communiqué de presse »

 

Préoccupés par la situation que vivent actuellement les habitants de Seine-Maritime, les élus du groupe Alternative Écologiste & Sociale demandent au Préfet de la région Île-de-France de faire toute la lumière sur les autorisations d’extensions qui ont été accordées sans l’avis de l’autorité environnementale. Pour se prémunir d’une éventuelle catastrophe dans la région, des inspections d’urgence doivent être déclenchées dans les sites SEVESO les plus dangereux et en cas d’irrégularités, les sites doivent être mis à l’arrêt. Un plan de déménagement des sites sensibles qui se situent à proximité de zones habitées doit être envisagé.

 

“La situation à Rouen est très inquiétante. Nous ne devons plus attendre pour agir et se protéger d’un accident similaire en Île-de-France” déclare Annie Lahmer, conseillère régionale. “Nous avons de nombreux sites SEVESO dans notre région, dans des zones densément peuplées. Il faut d’urgence lancer des inspections dans les sites classés en “seuil haut” pour s’assurer que les conditions de sécurité de ces sites sont remplies, et le cas échéant mettre à l’arrêt chaque site sur lesquels les services de la préfecture relèveront des irrégularités”.

 

“Ce constat vient renforcer notre conviction qu’il faut sortir de ces industries polluantes le plus rapidement possible. Les activités qui nécessitent la manipulation ou le stockage d’hydrocarbures sont particulièrement dangereuses. Le moindre accident se transforme en catastrophe environnementale et de santé publique, c’est inacceptable.” ajoute Ghislaine Senée, présidente du groupe Alternative Écologiste & Sociale. “En attendant, toutes les précautions doivent être prises pour protéger les franciliennes et les franciliens. Certains sites vétustes devront peut-être fermer et d’autres déménager. L’Etat doit prendre ses responsabilités.”

 

Les sites industriels font peser des risques importants aux populations en Île-de-France aussi, comme l’a montré l’incendie du SIAAP à Achères en juillet dernier, entraînant notamment une pollution de la Seine. La transparence et l’information de la population doivent être améliorées sur ce type d’accident  pour ne pas alimenter la défiance vis-à-vis des pouvoirs publics.

 

Dans le courrier au Préfet de région joint à ce communiqué, les élus ont aussi demandé un état des lieux concernant le déménagement des sites SEVESO implantés à Grigny et à Ris-Orangis.

 

Courrier envoyé au préfet d’Île-de-France