Soutien à l’éducation à la sexualité : intervention de Samia Kasmi
Partager

Madame la Présidente,

Alors que comme l’affirment nos collègues du groupe RCDEC- Le Rassemblement, les inégalités en termes d’accès à la santé, à l’information et à la prévention (notamment gynécologiques) ne cessent d’exploser, les structures associatives ont plus que jamais besoin d’un soutien accru, et constant.

Cet accès de plus en plus limité à l’information a des traductions concrètent : près d’un tiers des grossesses non désirées chez les jeunes femmes sont liées à une mauvaise utilisation du préservatif

Ce manque de connaissance s’étend aussi à la pilule du lendemain, qui est rappelons le GRATUITE pour les mineurs, encore faut-il que les mineures soient au fait de leurs droits.

Pour poursuivre dans cette même logique, en dépit de la loi sur l’entrave à l’IVG, le site IVG.net, qui diffuse des informations biaisées par l’idéologie nauséabondes et réactionnaires continue à être référencé en tête dans les moteurs de recherche. En manque d’information, une jeune femme qui cherchera des réponses à ses questions en termes de contraception trouvera plus facilement la propagande des intégristes anti-IVG qu’une information médicale et neutre.

Les associations qui aujourd’hui effectuent un formidable travail d’information, de sensibilisation à la contraception comme le planning familial subissent des intimidations permanentes de la part de ces mêmes extrémistes : le planning familial parisien est régulièrement ciblé par les anti-IVG, qui diffusent des gaz lacrymogènes sous la porte, s’introduisent de force dans les locaux pour y filmer les jeunes femmes, et organisent des séances de prières devant les locaux. Quel message est envoyé à des jeunes femmes en situation de détresse ? De la culpabilisation honteuse

Nous soutenons sans réserve ce voeu car nous en avons la conviction : il faut donner suffisament de moyens pour que 100% des femmes qui le souhaitent puissent avorter, sans intimidation, culpabilisation ou violences.

Rien n’est acquis, et pour paraphraser Simone de Beauvoir, « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. » Alors que les violences sexistes et sexuelles contre les femmes persistent, que la propagande honteuse des anti-IVG se renforce, nous devons faire front. Mon corps, mon choix ! 

 Nous appelons chacune et chacun d’entre nous, engagé-es pour le droit des femmes, leur droit au libre choix, à participer à la Grande Marche contre les violences sexistes et sexuelles organisée par le collectif #NousToutes demain, à 14, place de l’OPéra !