Vers un nouveau modèle de mobilité sécurisé et durable ?
Partager

En Ile-de-France, nous allons être confronté-es très rapidement à deux injonctions contradictoires : appliquer les règles de distanciation physique dans les transports en commun pour répondre à l’urgence sanitaire, entraînant de facto une baisse importante du nombre de voyageur-euses transporté-es et limiter l’autosolisme pour éviter la saturation totale des rues et des routes et l’énorme impact qui l’accompagnerait en termes de pollution et de nuisances. 

Dans ces conditions, comment retrouver la même capacité de déplacements en Ile-de-France?

Ne nous mentons pas : Un changement de comportement dans nos déplacements est inéluctable et indispensable : diminuer le nombre des déplacements (notamment en maintenant le télétravail et les réunions à distance), privilégier les modes actifs et la proximité, intégrer des gestes barrières et de la distanciation physique dans l’espace public,…
Mais cela passe aussi par le respect d’un protocole sanitaire strict de la part des opérateurs de transports à la fois pour leurs usagers et pour leurs salariés, et par la gestion des flux des usagers en amont des quais, ce qui rend l’exercice particulièrement complexe dans certaines gares/stations.

Et par un engagement majeur des employeurs privés comme publics : facilitation du télétravail pour une grande majorité d’emplois (évidemment hors fonctions présentielles nécessaires au bon fonctionnement de la société), étalement des heures de pointe, généralisation des outils de plan de déplacements entreprises et administrations, mise en place rapide du forfait mobilité durable (qui va remplacer l’indemnité kilométrique vélo) et de parkings vélos,…
Concernant le vélo, solution plus que jamais adaptée, il faudra booster à la fois les aides aux usager-es et les aménagements temporaires et durables. La question des vélos dans les transports en commun devra être reposée à l’aune des distances physiques désormais nécessaires.

Dans ce contexte, le retard de la région et Ile de France Mobilités est inquiétant : il est temps de sortir du double discours et de la communication pour la communication. Des décisions urgentes sont nécessaires avec un accompagnement des collectivités et des usager-es. Et pourtant aucun conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités n’est prévu, aucune consigne ou calendrier annoncés pour les transports en commun,… Quelques distributions de masques pour la photo ne font pas une politique responsable de remise en route des déplacements franciliens…!

Pour nous écologistes, de cette période dramatique et chaotique, peuvent et doivent sortir des améliorations et des avancées vers un autre mode de vie plus adapté à notre environnement, plus sain, plus équitable et respectueux de la planète et du climat.

Ghislaine Senée, Présidente du groupe Alternative Écologiste et Sociale

Pierre Serne, conseiller régional AES